Verdon (2009): l'équipe




Tout d’abord, un grand bravo à Nico et Dédé! Revenir sur les lieux d’un drame, six ans après, n’est certainement pas chose aisée. A l’époque, la chute mortelle de Gilber

t avait secoué toute la communauté grimpante mosellane (nous nous étions inscrits au club quelques semaines après et nous nous en rappelons, c’est dire…).

Ensuite, un énorme merci à Nico pour nous avoir guidés toute la semaine. En proposant des itinéraires variés, il a su satisfaire aux aspirations de tous (avec même de la spéléo pour Dédé!), excepté peut-être les siennes.


Sa vilaine blessure au pied, 10 jours avant le départ, ne l’aura finalement pas trop handicapé (le miracle de l’argile verte, vous connaissez?),mais il aurait certainement pu s’éclater un peu plus dans les cotations septogradistes qui sont habituellement les siennes.

Carole, motivée par ses belles performances printanières, aurait ainsi pu le suivre. Malheureusement, une grosse tendinite contractée à l’épaule à Arlon un mois avant la prive d’un ultime entraînement falaise avant le départ.

L’appréhension d’aggraver sa blessure fera le reste en réduisant un peu sa hargne habituelle à repousser toujours plus loin les limites. Au final, elle revient quand même avec de beaux challenges et dépassements de soi (elle aura même réussi à adorer le canyoning!)…

A ce petit jeu, Dédé et Bach’ nous auront montré que les plus anciens nous surpassaient largement. Quel courage à l’œuvre dans ces fissures renfougnes et ces cheminées spéléo qui effraieraient tout grimpeur normalement constitué!

Enfin, le tableau ne serait pas complet sans citer Medhi, le fils cadet de Dédé, sa copine Laura et Amedeo qui aura défié sa peur du vide pour nous mettre en boîte.
Dommage qu’ils n’aient été seulement que de passage…






Les activitésProgramme & CarteLes topos

1 commentaires :

Carole a dit…

A mon tour de te féliciter pour ce superbe dossier. Il est d’une incroyable précision et nous rappelle, s’il en était encore nécessaire, avec quelle intensité tu as vécu cette aventure à la fois humaine et sportive.

Si je ne devais relater qu’un seul souvenir de notre périple Verdonien, ce serait bien évidemment cette longue journée ‘‘un pour tous, tous pour un ’’dans le jardin des Suisses. Comment peut-on vivre une telle galère physique et psychologique pour au final n’en garder qu’un magnifique souvenir empli d’émotions et de moments si risibles ? Probablement parce que c’est une galère vécu et vaincu en équipe: pas de boulet ni de leader, mais une brigade au final très complémentaire à l’écoute des besoins des uns des autres :
L’un tendant sa corde pour permettre à l’autre de se tracter dessus.
L’un retournant dans cette peu engageante grotte récupérer le bien le plus précieux du grimpeur (après sa corde bien sûr)
L’un, épuisé et desséché, redescendant plus de trente mètres (pourtant durement conquis) aider son compagnon d’infortune pendouillant sept mètres dans le vide.
L’un, le regard sur la voûte céleste mais l’esprit sous la voûte d’une grotte lui donnant sans doute quelques idées futures d’une petite ’’virée tandem’’ avec sa moitié, nous oubliant sans doute l’espace d’un long instant !!

Merci à vous tous pour cette magnifique semaine.
Merci à toi Bachir pour oser dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas : « Nico t’es vraiment CHIANT » et pour tes bons petits plats.
Merci à toi DD pour cette inoubliable journée dans le Jabron et pour les lupinis.
Merci à toi Nico pour nous avoir guidé toute cette semaine, mettant probablement en suspend et en silence quelques projets de voies que malheureusement nul d’entre nous ne pouvait faire à tes côtés.
Enfin merci à toi Eric pour ce récit très émouvant de notre périple, pour tes magnifiques photos et surtout pour ta bonne humeur et ton entrain infaillibles.