Oman (2016): à la découverte de l'Hajar


Des déserts arides, des palmeraies verdoyantes, des dromadaires par-ci et des chèvres par-là, des enfants en djellaba au regard rieur, les mélodies de l'Adhan ponctuant les journées... ce sont ces images et ambiances qui caractérisent le plus souvent le Moyen-Orient.


Le Sultanat d'Oman offre aussi des montagnes majestueuses (jabal) et de profonds canyons (wadi) qui invitent à l'exploration pour peu qu'on ait l'âme grimpante et un appétit certain pour l'aventure.


Aussi, quand Toni, qui nous avait emmenés au Mali, me contacte, je n'hésite pas longtemps. Six années ont déjà passé, un peu d'expérience en terrain d'aventure accumulée, mais aussi quelques fragilités... 

Ces destinations lointaines ne laissent pas de place au hasard. Aussi, un guide de haute montagne apporte tout son savoir-faire à une expédition et participe grandement à son succès. Encore un grand merci à Toni qui aura su nous guider, nous conseiller, surmonter les difficultés et faire de ce voyage une nouvelle aventure avec un grand A.


Il est tard quand j'arrive à Mascate, après une halte à Dubaï. Après les démarches administratives un peu longues, Toni m'accueille à la sortie de l'aéroport dans une chaleur un peu pesante mais vivifiante.

Mes deux nouveaux compagnons de cordée (qui ont déjà deux jours de grimpe à leur actif) comptent déjà les moutons au BnB qu'il est difficile de rejoindre dans la pénombre de la nuit.

A l'instar de nombreuses villes omanaises, le développement effréné du pays voit de nombreux quartiers pousser sans que la signalisation et la géolocalisation suivent.

Mes rêves m'emportent rapidement vers ces falaises de l'Hajar qui nous attendent tous les quatre...

  • Wadi Mayh
  • Wadi Suwayh
  • Wadi Tiwi: Blinde Dattel, Juliette Jauffret
  • Plateau Salmah et gouffre Majlis al Jinn (...)
  • Al Wasil: coucher de soleil sur les dunes (...)
  • Des dunes à Wadi Ghul (...)
  • Wadi Nakhar (...)
  • Jabal Misht (...)

Voici la roadmap et un petit condensé photographique (en 130 clichés) qui résument notre périple.

Oman (2016): roadmap

Oman (2016): Al Hajar en images

J1: En route vers Wadi Suwayh

(Wadi Al Arbeieen)

Voie: En attendant la révélation 
(250m, 6a max, 5c oblig)
J3: Wadi Tiwi


Voie: Blinde Dattel 
(400m, 6a max, 5c oblig)

J5: Wadi Tiwi

Voie: Juliette Jauffret
(470m, 6b max, 5c+ oblig)
J6: Al Wasil - Desert Camp


Voie: Trio Infernale
(100m, 6a+ max, 5c oblig)
J8: Wadi Nakhar

Voie: Ouverture Projet
(70m, 5c+ max, 5c oblig)

Jabal M'Saw & Misht
J9: Jabal Misht - Sporn

Voie: Joy without shades
(500m, 5c max, 5a oblig)

Oman (2016): Wadi Tiwi, Blinde Dattel, le fond de l'eau est frais...

 L'écume des vagues nous a bercés toute la nuit... Rien de plus agréable que cette vue sur le golf d'Oman et de savoir que les hauteurs pakistanaises sont à quelques brasses en face.

Réveil très matinal pour ce 2 janvier 2016... Mes compagnons de cordée commencent à peine à s'étirer quand je fais des essais nocturnes avec mon petit compact qui couvrira tout notre séjour.

Le programme de la journée s'annonce relevé avec une première grande voie dans le Wadi Tiwi. Il est déjà 7h30 quand nous arrivons à Mibam,
dernier village à l'entrée de la gorge. Les enfants sont déjà réveillés et nous accueillent avec le sourire.

Sans perdre de temps, nous traversons les ruelles assez désertes. Là encore, le falaj nous fait cheminer entre les jardins et les bassins de rétention d'eau. Quelques secondes précieuses à chercher le cliché me font perdre de vue mes coéquipiers.


Des cairns qui s'égarent sur les hauteurs m'induisent en erreur et rallongent le retard. Après un peu d'orientation entre les blocs polis par l'eau, je retrouve la troupe dans le secteur qui porte un nom prémonitoire: "Tiwi by Night". Toni est déjà à l'attaque de Blinde Dattel (400m, 6a max, 5c oblig).

Il fait parler sa perceuse et rajoute un goujon dans la première longueur afin de sécuriser le départ bien lisse pour Anne qui prend la tête de notre cordée.

A partir de là, nous alternons avec deux longueurs au-dessus des flots pour reprendre ensuite de la hauteur.

L'escalade est très variée (dièdre, fissure, dalle, traversée) avec une formation calcaire incroyable qui rappelle étonnamment les tafonis de Corse.


La difficulté est assez homogène dans un 5b/c, ponctué par quelques pas de 6a(+) dans les 3 dernières longueurs qui apporteront à chaque leader des souvenirs.

La descente en rappel est préférée au retour par la via-ferrata Omani, et c'est efficacement que nous redescendons tous les quatre, grâce à Toni, au bord de l'eau avant que la pénombre ne règne complètement sur le canyon. Les années passent et ne se ressemblent pas et le niveau de l'eau aussi.

Au genou, à la taille, aux épaules, impliquant une réescalade, une traversée en water soloing (pas trop deep) et une petite baignade où Toni aura sacrifié ses affaires personnelles pour sauver les nôtres et le matériel collectif (cordes incluses).

Le fond de l'eau est frais!


Rincés, fatigués, nous nous rechaussons rapidement pour nous engouffrer dans la nuit qui a pris ses droits. Le retour n'est pas aisé, mais Toni nous montre là encore ses talents de pisteur. Nous retrouvons la voiture après un peu plus d'une heure de marche.

L'aire de séchage des dattes du village que nous convoitions pour notre bivouac nous a été refusée par deux villageois. L'alternative, quelques mètres plus loin, a nourri le débat sur le programme du lendemain et a renforcé le groupe dans la conciliation.


Frayeur du jour: Toni / bobo au mollet
Précédent: Wadi Suwayh, en attendant la révélation
Suite: Plateau Salmah et gouffre Majlis al Jinn (bientôt...)


Et maintenant, place aux images...


C'est ICI!


Oman (2016): Wadi Tiwi, infos utiles


Wadi Tiwi a été le sujet de nombreuses ouvertures et a vu naître 6 secteurs répertoriés (dans Climbing in Oman) offrant des grandes voies entre 110 et 470 mètres.
e 6 secteurs répertoriés (dans

Ce qui frappe le plus ici, c'est la variété du rocher et de sa qualité (tranchant, poli, friable), qui nécessite un répertoire gestuel étendu.


Bref, ce canyon est incontournable lors des journées de fortes chaleurs sur Oman, car il est bien aéré et sa rivière en contrebas assure en plus une fraîcheur inespérée (surtout de nuit ;-)).

Rocher

Calcaire multicolore très varié (lisse, aiguisé, sculpté, friable).

Voies

Un peu moins d'une trentaine de voies sont listées dans le topo "Climbing in Oman".
Nous avons parcouru deux des plus grandes voies:
  • Secteur "Tiwi by Night"
    • Blinde Dattel: 400 m, 6a(+) max, 5c oblig
      Après une traversée d'un peu plus de 100 mètres, une escalade sur 300 mètres est proposée par les ouvreurs allemands: Barbara Bacher, Heidi Wettstein, Jakob Oberhauser.

      La redescente peut se faire en rappel pour éviter la longue randonnée retour de la via-ferrata Omani, mais attention au niveau de l'eau de la piscine naturelle en contrebas.
  • Secteur "Banane Citron"
    • Juliette Jauffret: 470 m, 6b max, 5c+ oblig
      Difficile de passer à côté de cette voie (objectivement incontournable à Oman) quand l'ouvreur fait partie de l'équipe et qu'il a voulu rendre hommage à sa maman avec cette voie!
      Attention au rappel qui se fait dans la voie, il demande de l'expérience car souvent en traversée.

Equipement

Quelques goujons en place pour les relais, quelques-uns rajoutés par Toni pour sécuriser certains passages franchement exposés.

Accès

Le 4x4 est recommandé pour rejoindre le village de Mibam au fond du Wadi Tiwi, car, même si la route est goudronnée tout le long, elle est sinueuse et raide par endroits.

http://www.verticaltrotters.com/2016/01/oman-2016-roadmap.html

Approche


Les secteurs d'escalade se trouvent après le village. Il faut cependant compter une bonne heure de marche pour les secteurs "Tiwi by Night" et "Banane Citron", orientation et passage de rivière obligent.



Topos

  • Climbing in Oman: on s'y retrouve plutôt bien avec ce topo
  • C2C: Wadi Tiwi


Oman (2016): Wadi Suwayh, en attendant la révélation...


Photos satellites en main, Anne assure magistralement comme
copilote pendant que Toni nous mène sur les pistes poussiéreuses qui s'enfoncent dans les contreforts de l'Hajar. Nous débouchons sur le Wadi al Arbeieen par une sente raide. 

Après une petite embardée 4x4 lors d'un large passage de rivière et la traversée du joli petit village d'Hail al Quasim, nous aboutissons à notre destination de la journée, sur les hauteurs du village de Suwayh.

Avant d'installer notre bivouac, Toni nous propose une balade pour profiter des lumières ocres de fin de journée et une baignade dans les piscines naturelles afin... de se détendre et de se laver.
Je ne sais plus où poser mes yeux... et mon compact crépite en solitaire.

Plus tard, quand l'ombre nocturne enveloppe les hautes falaises qui nous entourent, ce sont les yeux plein d'étoiles que nous quittons prématurément (réveil matinal oblige) cette année 2015...



1er de l'an 2016: en attendant la révélation!


"En attendant la révélation": belle voie de 250 mètres pour débuter doucement cette année! La marche d'approche le long des falajs demande un peu d'orientation et d'instinct. Toni est déjà venu, c'est sa mémoire qui fait le boulot...
Après une petite heure en alternant entre jardins et canaux, nous
remontons les cairns qui nous emmènent au pied de la voie. La face est à l'ombre.

Toni et Serge ouvrent la danse, Anne prend la tête de notre cordée et me laisse m'acclimater pour la journée.

Très jolie voie (ponctuée par un petit passage plus physique en 6a qui a fait sonner la poudre) qui nous a permis de nous mettre tous en confiance.

Premier vol du séjour: Anne / écaille de 50 kg / pas de bobos






Précédent: Wadi Mayh

Et maintenant, place à toutes les images...




Suwayh


Oman (2016): Wadi Suwayh, infos utiles

Les Omanais de Mascate viennent se rafraîchir dans les piscines naturelles de Suwayh le week-end.

Rocher

Calcaire ocre et gris excellent

Voies

2 superbes voies offrant une escalade très variée: dalle, fissure, dièdre.


  • En attendant la révélation: 250 m, 6a max, 5c oblig
  • La révélation: 200 m, 6b max, 5c oblig


Equipement

Quelques goujons en place, quelques-uns de plus grâce à Toni.

Accès

Il vaut mieux avoir un 4x4 pour rejoindre le Wadi Suwayh surtout si l'on désire s'aventurer un peu sur les contreforts du al Hajar.
Le village de Suwayh se trouve en fait dans le Wadi al Arbeieen que l'on rejoint par une piste assez empruntée par les touristes motorisés, au sud du Wadi Mayh. Les rares grimpeurs y viennent pour deux superbes voies dans le Wadi Suwayh.

Approche


Pour rejoindre "En attendant la révélation", il faut suivre le falaj derrière la palmeraie du village et après une heure de marche, on distingue les premiers cairns qui amènent à la face.



Topos