Vosges (2009): Falkenfels

En ce matin dominical, le temps est pluvieux. Rien n'incite à aller se chercher un bout de rocher et pourtant nous avons décidé à la dernière minute de nous fier au service météo allemand auquel j'ai souscrit dernièrement. Jess qui était plus que partante la veille nous appelle à la première heure, toute penaude en nous expliquant, que la nuit a été courte, et la fièvre bien insistante. C'est donc en fin de matinée que Carole laisse ses fistons dans des au-revoirs déchirants et que nous mettons le cap sur Saverne en passant par l'Allemagne. Mauvais itinéraire car l'accès autoroutier est en travaux et nous fait perdre du temps dans des déviations interminables.


Nous arrivons quand même un peu avant 13h à Haselbourg après avoir traverser le charmant village de Lutzelbourg. Les quelques souvenirs de mon passage éclair dans la région avec Christophe il y a quelques années nous ont permis de très rapidement retrouver le parking au-dessus de la scierie, à la lisière de la forêt. Puis nous redescendons un chemin encore bien engorgé d’eau qui nous fait douter sérieusement quant à la « grimpabilité » du rocher, surtout que le sommet qui donne une vie superbe sur la vallée du Dabo nous accueille sous quelques gouttes de pluie.

Ah oui ! J’en oublierai presque de citer son nom… mais certains auront deviné, c’est bien au rocher du Falkenfels que nous nous trouvons. Après une petite pause photo, nous rejoignons la maison troglodyte du frère de la forêt « Walderbruder » qui y a vécu en ermite jusqu’en 1902.

Très belle restauration par la commune qui offre l’abri fonctionnel rêvé pour le grimpeur peu enclin aux longues heures d’approche. Quel silence, quelle tranquillité. Nous entamons donc rapidement notre casse-croûte avant de nous lancer sur ce rocher si familier des Vosges du Nord. Du grès incrusté de galets qui peuvent être votre pire ami. Prêts à vous aider jusqu'au bout sauf si, trop vite, vous les délaissez.

Superbe après-midi qui nous aura permis de jouer dans des voies déversantes sur galets. En se joignant à nous, Gilbert (Quirin), équipeur bien connu de la région, nous aura éclairé sur ses voies et aura partagé le temps d'une après-midi, sa passion pour la falaise et la montagne. Prochain trip à Holwasch! Promis on te sonne Gilbert!

Nous vous recommandons donc vivement ce site pour la beauté et diversité de ses voies.

Attention le ticket d'entrée reste un bon 6a (les trois petites longeurs en 5 restant là pour l'échauffement).

Accès:
De Thionville, prendre l'autoroute en direction de Strasbourg.
Prendre la sortie 44 direction Phaslbourg/Lutzelbourg.
Puis continuer sur la D38 jusqu'à Lutzelbourg. Puis on monte jusqu'à Haselbourg.
Après avoir traversé le village on passe la scierie et on prend le petit chemin qui monte à droite. Un parking vague vous invite à vous garer. On prend le petit sentier qui descend dans la forêt jusqu'aux maisons troglodytes.

Topo: les Vosges du Nord
Apparemment c'est assez récent, mais il est épuisé mais la nouvelle mouture 2009 vient de sortir!

Vous trouverez donc la liste des voies du Falkenfels, ici:
http://www.escalade-alsace.com/bddpv/bddpv_falaise.php?fid=40




Et maintenant, place aux photos...


C'est ICI!


Belgique (2009): Freyr, impressions...

Avec May, nous avions déjà fait un peu de repérage en juin, mais malheureusement, indisponible, c'est sans elle que je vais arpenter plus longuement Freyr.

Avec deux week-ends consécutifs à grimper là-bas, le moins qu'on puisse dire c'est que le site mérite le détour.


Flo, Jess et Steeven: initiation grandes voies


Le premier week-end, c'est avec beaucoup de curiosité que Flo, Jess, Steeven et moi-même avons mis le cap sur la vallée de Dinant et sa falaise de Freyr.

Au programme, sur la face sud d’Al Legne: «Lovely Tender» (6a+) pour Steeven et Flo, qui doivent nous rejoindre dans les longueurs suivantes de «Fou Four à la Montagne», pour 100 mètres de bonheur.

Malheureusement pour nous, des cordées sont déjà en place à notre arrivée et nous devons faire la «file» jusqu’en haut. Résultat: c’est long, très long.

Le démarrage est un peu rude pour Flo qui se fera les bouteilles dans cette première longueur pas si «Lovely Tender», où la technique du Dulfer est de rigueur. Jess, pour commencer, ne sera pas en reste avec une petite traversée en 4c, plein gaz, qu’elle ne trouvera pas si facile que cela.

La suite surprend Flo qui repart les bras lourds dans la 4c. Puis s’ensuit une 6a avec deux bombés qui intéresseront un bon petit moment Steeven (on taira le mouflage pour sortir Flo de la galère) et une 5c en dièdre qui mènera tout le monde au sommet.

Les filles arrivent un peu claquées en haut, à tel point que Flo laisse même tomber son superbe casque Petzl orange. Veinarde, j’arrive à le retrouver au fil du rasoir en contrebas après une descente périlleuse dans le ravin.

On termine la journée au secteur du Pape, où Jess n’apprécie pas franchement le patinage de la «Physique Solaire» (5c), qu’elle finit un peu sur les rotules. Steeven, après m’avoir tiré la moul dans «Hermann Buhl» (6b très belle au-dessus des 15 premiers mètres très polis), liquidera ses dernières forces très lentement dans les «Mots Bleus» (6a+), qu’il sort avant que le coucher de soleil ne laisse place à la pénombre de la nuit. A l'arrière de la voiture, tout le monde m'abandonne un peu sur le chemin du retour, après avoir bien rigolé autour d'un dîner récupérateur au Chamonix.



Carole: première expérience belge


Fort de cette première expérience, je repars le week-end suivant avec Carole, qui est très motivée pour découvrir ce spot.

On choisit «Le Parrain de Juliette» pour commencer: une belle voie de 100 mètres avec deux longueurs en 6a (échauffement dans les 15 premiers mètres de la «Spigolo», 5a). Le démarrage, moins récent, est très patiné et met à mal le moral. Le milieu de la première longueur est bigrement technique, et je crispe trop pour arriver zen au relais. Après un petit repos, et deux tirages, je fais remonter Carole qui relance vite pour la suite.
L’impression de dalle s’estompe rapidement pour lui offrir 50 mètres légèrement déversant sur le haut, avec un beau surplomb comme bouquet final. Tout ce qu’elle aime!

Après un bon casse-croûte, on redescend sur le secteur du Pape, où les «Mots Bleus» nous attendent.

Je passe devant et je cale sur le petit surplomb en insistant trop sur les aplats outrageusement «poffés» de gauche. Carole prend le relais et trouve la méthode en exploitant l’inversée de droite. Son investigation lui prend trop d’énergie et elle prend un beau vol de 6/7 mètres un peu plus haut, alors que des bacs lui tendent la main: la frayeur de sa vie!

Nous filons ensuite sur le secteur Louis Philippe, «A l’ombre des cocotiers», une splendide 6a. Carole laisse ses dernières forces dans cette superbe voie légèrement déversante sur des bacs qui sont là, mais qui se cachent quand même!

Je finis en expérimentant en moul les «Deux Chevaux Noirs» (6b+) qui m’amènent à des années lumières des cotations de Berdorf. Nous terminons à la terrasse du Charmonix, où seul un cornet à frites nous retiendra un peu, l'accueil de ses hôtes étant toujours aussi aimable, la prochaine fois on change de crémerie.

Pour en savoir un peu plus:

 Et maintenant, place aux photos...



 C'est ICI!


Belgique (2009): Freyr, quelques infos utiles...

Avec près de 600 voies, on y trouve de tout. De la dalle, du dévers, des toits, des bombés... sur un calcaire pouvant être très patiné (la plupart des anciennes voies faciles), mais aussi pouvant être de très bonne facture pour les voies plus récentes (années 90 à nos jours).

A moins de 2 heures de Thionville, on retrouve donc une falaise d'une centaine de mètres, en face du château de Freyr au fil des eaux calmes de la Meuse.

Dix secteurs vous attendent, proposant des couennes mais aussi des voies de plusieurs longueurs. On peut même y trouver des combinaisons comme la Trans-Freyrienne qui propose 450m d'escalade (ED).


Topo
Le topo "Freyr" de Marc Bott (éditions 2006) peut s'acheter au refuge Duchesne et au café le Chamonix, en face du grand parking. Il est relativement bien fait et mérite de faire partie de votre collection.


Liens
http://www.belclimb.net/massives_detail.asp?cragid=1
http://clubalpinlille.online.fr/escalade/falaises/freyr/freyr.php

http://www.atoi.nl/public/freyr/escalade.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fre%C3%BFr


Nos impressions
Tout d'abord, le cadre est splendide!

Le niveau est relativement sévère (restez donc humbles!) et il vaut mieux venir bien armé dans le six pour profiter des voies. Privilégier les lignes récentes, de 1990 à nos jours... elles semblent ne pas encore être trop victimes de l'usure du temps.

Belgique (2009): Freyr, accès & carte

Voici donc la carte des secteurs et des accès depuis le haut de la falaise.




Agrandir la carte de Freyr