Allemagne (2009): Erfweiler, Bänderfels & Heegerturm

Parfois, les mauvaises lectures de topo débouchent sur des surprises. En rentrant dans Erfweiler, il est difficile de passer à côté de cette imposante tour qui domine le village sur sa droite.

Elle surplombe les habitations et attire irrémédiablement l’œil de tout grimpeur. Il aurait été surprenant qu’aucune ligne n’ait été ouverte et que la grimpe soit impraticable sur cette face de grès rose. En consultant le site de PPDR (Vosges Palatinat), il semble pourtant que cette falaise soit interdite à notre discipline pour cause de risques importants d’éboulements sur les maisons qui la bordent.

Initialement, nous avions opté pour la Heegerturm qui est bien présente dans le topo (contrairement au Bänderfels). En redescendant du Schafsfelsen, au lieu de prendre le sentier après la croix, nous avons pris celui qui part clairement sur la gauche en venant d’Erfweiler. Après plusieurs minutes de marche à travers bois, nous avons débouché sur un large chemin forestier qui nous a décidés à revenir sur nos pas. En coupant à travers bois et clairières, nous sommes arrivés sur le Bänderfels.

Le nombre identique de voies et la configuration étonnamment semblable à celle de la Heegerturm nous ont alors induits en erreur et poussés à la faute sans le savoir. La supposée ligne Südostwandriss (4+) de la Heegerturm se prêtait assez bien à la belle fissure que nous avions devant les yeux.

Les premiers mouvements nous ont pourtant rapidement fait douter. Mais quand on y est, on y est et, de toute façon, en terrain d’aventure, la réchap sur coinceurs reste une alternative de dernier ressort. La ligne assez verticale, incrustée entre des petits bombés, offre une multitude de protections. Un court passage, où deux petits galets cassés s’imposent, avec une fissure évasée bien lisse, relève la cotation vers un bon 6a. Le reste du voyage est abordable avec une ambiance bien flippante.

Au retour, en tournant le topo dans tous les sens et en cherchant sur internet, nous avons découvert notre erreur et nous avons pu localiser la belle voie dans laquelle nous nous étions lancés: Vogesenweg (6-).

Par précaution et par respect du voisinage, nous ne vous recommanderons donc pas la balade.
Nous vous invitons plutôt à découvrir la Heegerturm: une tour sauvage qui jaillit des arbres avec trois jolies voies abordables (Naturfreundekante 7-, Südostwandriss 4- et Normalweg 2).

Promis, nous reviendrons l’année prochaine pour mieux apprécier ce que nous avons manqué.

Accès à la Heegerturm
En venant de Dann, on rentre dans Erfweiler dans une descente. Restez sur l’axe principal jusqu’à ce que vous arriviez à la boucle qui bifurque à droite vers Reichenbach. Continuez alors tout droit en passant devant Zum Jägerhof. Puis à droite, vous trouverez la rue «Winterbergstrasse» que vous devez emprunter en tournant ensuite sur «Bärenbrunner Str.». Là, il faut rouler jusqu’au parking qui précède le chemin bétonné.

Engagez-vous sur ces dalles grises, laissez la croix et son chemin sur votre gauche; un peu avant la courbure, une sente part à gauche… Après, il faudra suivre les conseils du topo Pfalz, car nous n’y sommes pas arrivés ;-)


Le Palatinat: été indien en terres rouges.

Toutes les destinations en Allemagne...


Et maintenant, place aux photos...


C'est ICI!


Allemagne (2009): Erfweiler, Schafsfelsen

Voilà un petit bout de rocher perdu dans la forêt qui, de par ses cotations abordables, se prête plutôt bien à une initiation au terrain d’aventure.

La hauteur maximale d’une trentaine de mètres, les fissures abordables et facilement protégeables et le peu de points en font un lieu parfait pour l’exercice.

Le seul inconvénient est qu’il satisfait aussi les critères de nombreuses écoles d’escalade et attire leur attention. Résultat: vous ne serez probablement pas seuls au bas des voies durant les week-ends.

Cela a été notre cas en ce matin tardif du dimanche 27 septembre 2009. Il ne nous restait qu’une ligne, épargnée, la plus éloignée, à l’abri des regards dans le secteur «Holderturm bis Schandarie»: Holderkante (**), un poil exposée sur le haut, le point à mi-course rassure et sa cotation abordable dans le 4- nous met en confiance.

Flo fait donc son baptême de pose de coinceurs ou plutôt de sangles, contre-assurée du haut sur une deuxième corde pour éviter les dérapages.

Puis nous suivons l’un des vieux conseils de Bione: «Quand des mouls squattent des voies, la meilleure façon de se faire des amis est de les utiliser pour grimper». À notre grande surprise, un des animateurs nous invite amicalement à la découverte. «Feuerriss», voilà un 5+ bien déversant qui aurait mérité d’y aller de l’avant en jetant des coinceurs. Ambiance garantie (n’est-ce pas Flo ;-))!

Secteurs
Übersicht: c’est le premier rocher qu’on rencontre en venant du sentier.
Holderturm bis Schandarie: cette longue face offre de belles voies abordables du 2 au 6+.

Falaise
Un beau grès rose, une ambiance familiale.


Équipement
Rares anneaux dans les voies, quelques relais peu conventionnels sur lesquels on ne s’attarde pas, pas le cas d’Holderkante!

Accès
En venant de Dahn, on rentre dans Erfweiler dans une descente. Restez sur l’axe principal jusqu’à ce que vous arriviez à la boucle qui bifurque à droite vers Reichenbach. Continuez alors tout droit en passant devant Zum Jägerhof (http://www.erfweiler-pfalz.de/03.Tourismus/01.Unterkunft/Naab/index.php). Puis à droite, vous trouverez la rue «Winterbergstrasse» que vous devez emprunter en tournant ensuite sur «Bärenbrunner Str.». Là, il faut rouler jusqu’au parking qui précède le chemin bétonné.

Engagez-vous sur le chemin, laissez la croix et son chemin sur votre gauche; dans la courbure qui prolonge un enclos à chevaux, un sentier en terre au milieu des bois s’offre à vous. Le suivre à travers les arbres bien serrés, puis une attaque un peu plus raide se fait sur la droite. Vous êtes presque arrivés! Vous débouchez alors sur le rocher Übersicht, à votre gauche, et sur la droite la longue face Nord (peu fréquentée et fréquentable) du Schafsfelsen s’étale le long du sentier qui, si on le prolonge, emmène à la voie «Holderkante».

Logistique
Zum Jägerhof: bonne cuisine typique, bon marché.

Plus d’informations sur Erfweiler: http://www.erfweiler-pfalz.de









Le Palatinat: été indien en terres rouges.

Toutes les destinations en Allemagne...


Et maintenant, place aux photos...


  C'est ICI!


Allemagne: le Palatinat, Rheinland-Pfalz

L'escalade en Allemagne est essentiellement traditionnelle.

Pour l'instant nous n'avons posé nos cordes que dans le Palatinat (Pfalz) et il faudra encore beaucoup de temps pour en faire le tour.

Falaises


Voici donc la liste des falaises que nous avons visitées:
Hauenstein:
Dahn:
Erfweiler:
Schindhard:
Bruchweiler-Bärenhach:

 Articles

Voici quelques liens sur nos virées dans le Palatinat.

Liens

  • Vosges Palatinat: une mine d'informations sur les rochers du Palatinat avec de nombreuses photos qui vous aideront très certainement dans le choix de votre destination.
  • Vereinigung der Pfälzer-Kletterer: la référence escalade dans le Palatinat (en allemand seulement).


Topo


Côté topo, on peut le commander sur les sites:






Carte








Agrandir la carte

Allemagne (2009): Schindhard, Pferchfeldfelsen

Cette belle falaise, une de plus dans le Palatinat, semble assez populaire ou alors nous sommes tombés là au mauvais moment. De nombreux grimpeurs campaient déjà au pied de la falaise quand nous sommes arrivés tardivement en fin d’après-midi.

Il faut dire avec ses 500 mètres de longueur, ses 40 mètres de hauteur maximum et près de 60 voies répertoriées, elle offre un potentiel de grimpe non négligeable.

Quelques voies sportives, plus dures, sont présentes et les lignes nous ont semblé très variées: dalles, murs, dévers, toits… tout un programme!

Nous avons filé à l’extrémité de la falaise, plus sauvage et moins côtoyée. Là, une belle face nous a tendu les bras, et seul son profil déversant nous a retenus un moment. Malgré ses 3 étoiles, le toit de sortie de «Grosses Dach» (7-) nous a un peu refroidis, et nous avons préféré nous lancer dans «Korallenweg» (6). Un beau départ avec une sortie en dalle protégée par un anneau, puis pas mal de travail d’orientation pour évoluer correctement dans une traversée un peu guano, ont été au menu. Flo a apprécié la voie pendant que Mayou et Bione jouaient les spectateurs en se réservant pour le Kalmit le lendemain.

Secteurs
- Pferchfeldturm
- Südwand

Falaise
Le grès rouge est superbement sculpté. Le bas des voies est un peu étriqué et, pour peu qu’il y ait du monde, on aura tendance à se sentir un peu à l’étroit.

De nombreuses voies sportives, avec un engagement germanique à ne pas sous-estimer, ont été équipées. Pour le reste, le moins qu’on puisse dire est qu’en général c’est exposé.

Équipement
Équipement varié de vieux à récent, gougeons inox, scellements ou anneaux.

Accès
En suivant les indications du topo, on ne peut pas se tromper: traverser le village de Schindhard et prendre la direction de Bärenbrunnerhof.

Sur la droite, on cherche à se garer comme on peut sur un chemin herbeux. Un petit raidillon zigzague alors à travers bois et mène directement à la falaise.


Le Palatinat: été indien en terres rouges.

Toutes les destinations en Allemagne...


Et maintenant, place aux photos...


  C'est ICI!