Alpes (2016): Dévoluy et Trièves, les portes sur le Vercors, les Ecrins et le Gapençais


Nous nous étions rencontrés dans des conditions pas faciles à Algodonales il y a quatre ans et il a fallu attendre cette année pour nos retrouvailles lors d'un vol à Saint-Hilaire le mois passé.



Quand j'annonce à Philippe que j'ai quelques jours de vacances et que je peux descendre dans le sud, il m'invite avec Alexandre (son fils) à découvrir leur jardin autour de La Mûre.




Un vrai paradis au croisement du Vercors, des Ecrins et du Gapençais, offrant des possibilités étendues de voyage.

Au programme:





Un grand grand merci à Phil et Alex ainsi qu'à José, Michel, Hervé (et j'en oublie) du club d'Envol Sud Isère.  On remet ça au Printemps prochain et vous venez nous voir dans les Vosges.


Pour terminer, un joli petit vol avant de remonter en Lorraine:



Alpes (2016): tour du Lac d'Annecy étendu


En remontant du Dévoluy, après 3 jours fantastiques avec Alexandre et Phil, j'écoute les recommandations de ce dernier qui préfère éviter de voler à Saint-Hilaire quand l'orage est annoncé en fin d'après-midi (il faut dire un gros cumulus coiffe déjà la Dent de Crolles quand j'arrive à Lumbin).

Seb (Gites Parapentistes) me confirme par contre que le développement est moindre à Annecy et me convainc de venir y voler.

Je décolle assez tard de la Forclaz et je mets du temps à m'extraire, gèné par une foule de voiles au Roux.


Après 45 bonnes minutes de galère (la patience a payé) pour m'extraire du Parmelan (en NO c'est pas top!), j'oublie le Grand Bo (déjà trop noir) et je rejoins les Dents de Lanfon où je croise Seb (en biplace partage) et Sophie rencontrés lors d'un SIV au mois de mai.



La suite est bien plus facile, Roc des Boeufs, Charbon, Tournette et Pointe de la Beccaz pour finir (car il est déjà tard et la route retour en Lorraine m'attend).




Une belle balade en solitaire qui méritera d'être étendue la prochaine fois...


Photos

 Toutes les photos sont ICI!

Alpes (2016): des Richards au Grun Saint-Maurice, entre Dévoluy et les Ecrins

Enfin, le jour J de la semaine.

Les conditions sont top et malgré un petit tour d'élévateur pour Philippe, nous ferons la balade depuis les Richards jusqu'au Grun Saint-Maurice ensemble avec Alexandre, José, Yvon et Phil (qui nous rattrapera vite).


Quelle ambiance!!! Avec une vue imprenable sur le Dévoluy mais aussi les Ecrins et le Vercors plus loin.

La première extraction en contournant le relief de droite n'est pas simple...  mais avec de la patience, ça sort. L'aller vers le Grun Saint-Maurice est assez facile.


Je rate la dernière transition à la Petite Autane et je ne verrai pas le lac de Serre-Ponçon, mais je me console en lévitant au dessus des Richards le temps que mes compagnons me rejoignent (rajoutant 15 et 25 bornes à ma route!)...

Superbe journée et superbe semaine riche d'enseignement!


Merci encore Philippe et Alex.

Photos


Toutes les photos sont ICI!

Alpes (2016): le Courtet et la vallée du Trièves

Après un déco en face Est au col des Faisses la veille donnant sur la vallée du Dévoluy, nous voilà sur le versant Ouest avec Philippe, Alexandre, José et Hervé, qui donne sur la vallée du Trièves.

Le décollage du Courtet a sa moquette toute belle rendant l'envol de José plus aisé, même si la pente est plus raide.


Un biplaceur pro s'installe gênant un peu notre petite organisation. Alex et Phil arrivent à s'élancer rapidement rejoignant José sur la crête dans la foulée. C'est plus compliqué pour Hervé et moi.

Quand je retrouve Phil, il a déjà fait une tentative vers le Chatel. Alex et José sont partis vers le Grand Ferrand. L'ambiance est extraordinaire... très gazeux!

Phil prend alors les devants et s'oriente vers le Ménil dans la vallée, oubliant le plan initial de longer la crète vers les aiguilles de la Jarjatte plus au sud en passant par le Grand Ferrand.



Contrairement à la veille, je prends mon temps et m'applique à enrouler jusqu'au sommet les thermiques que je rencontre. Ce vol s'apparente plus à de la plaine...

Philippe en connaisseur du site néglige quelques ascendances. Il se retrouve vite devant mais très vite bas à l'approche des antennes.

 Mon dernier plein me permet de le rejoindre au Pas de la Graille, mais il a disparu... Je crois bien qu'il a posé.

Alex qui m'a rejoint plus haut en provenance du Grand Ferrand, arrive à basculer sur les flancs NE du Jocou.

J'ai du mal à remonter. L'activité thermique est perturbée par un vent en N qui était annoncé plus tardif et une brise NO bien forte. Résultat du 25km/h de travers.

Je sors de cette combe technique une première fois mais je fais demi-tour voyant qu'il me sera impossible de transiter pour rejoindre Alex.

Je m'applique pour refaire le plaf à 2900m en espérant raccrocher le Ratier puis remonter à la tête d'Obiou. Quand j'arrive derrière le Ménil je suis encore 200 mètres au-dessus. Je m'enfonce vers le col de Mens en pensant avoir de la marge.

Soudain José m'avise en radio de ne pas forcer le passage et me recommande plutôt d'aller atterrir à Tréminis.

J'hésite car, à ce moment là, je suis à peine en dessous du Pic du Ratier et encore 150 mètres au-dessus du col de Mens, mais je préfère finalement l'écouter.

Je sais alors que je passe sous le vent... Je m'attends au pire et c'est ce qui arrive. Grosse frontale suivie d'une belle asym au-dessus des arbres, contre, bras hauts, tempo... et je fuis la zone pour aller atterrir confortablement derrière le village. Merci au SIV.

Bilan de la journée

1. Assurer les plafs - checked
2. Patience - checked
3. Sous le vent - éviter de passer derrière un relief à moins de 500 mètres de son sommet

Philippe a finalement fait le retour en grignotant chaque mètre en dynamique. Il pose malheureusement à quelques centaines de mètres de l'atterrissage. Alex s'en sort bien en revenant de Saint-Maurice en Trièves et José fait une fléchette vers le sud.

Encore aujourd'hui on n'arrive pas à rentrer tous ensemble au terrain...
Il va falloir faire mieux demain ;-)

Photos



Toutes les photos sont ICI!

Alpes (2016): Dévoluy, départ de cross au col des Faisses



 Premier contact avec le massif de Dévoluy avec un décollage connu essentiellement des locaux et des crosseurs: le Col des Faisses.


Il a la particularité de donner accès à la face Est de l'Obiou permettant ainsi de descendre vers le sud (Alex l'a fait en groupe de 8 le mois passé).
en direction d'Aspres tôt dans la journée afin de transiter par le Pic de Bure vers le parc national des Ecrins (Orcières), remonter vers le Nord pouvant ainsi réaliser un triangle de plus de 100kms (

C'est donc au Payas (près de Pellafol)  où nous avons rendez-vous avec quelques membres du club Envol Sud Isère (plus grand nombre de licenciés de France) pour covoiturer au Col des Faisses à 1520m d'altitude.

Je me retrouve donc à préparer ma voile avec Phil (Delta 2), Alex (Cure), José (Rook 2), Michel (Sigma 8), Jean-Seb (Sigma 8), Moogly (Sigma 8) et 2 autres Briançonnais (Delta 2 et Iota).

Le décollage a une particularité de taille: un créneau obligatoire. Après 11h30, quand les faces Est commencent à suffisamment donner, une brise descendante interdit le vol pour le restant de la journée.


Nous sommes dans le bon timing... C'est José qui s'envole roues au vent avec le soutien d'Alex et Jean-Seb. Ce pilote hors pair ressort à gauche.

Tout le monde suit car les minutes sont comptées.
Direction le Chatel pour un premier point de contournement et nous nous jetons dans la ravine du Cros des Cassés sur la face impressionnante de l'Obiou.

Le plafond est encore bas et s'arrête à 2600. Il faudrait 200 mètres de plus pour pouvoir marsouiner sur les pics.

Les voiles rapides sont déjà parties en éclaireurs.

Je peine à sortir des dents à droite de la combe de la Fuvelle en pensant pouvoir transiter sur les crètes comme la Iota semble le faire. Je me ravise rapidement en la voyant s'enterrer dans une belle vasque... J'apprendrai par la suite qu'elle s'appelle la Combe de la Prison.


Les conditions ne sont pas aussi généreuses que prévues et il est difficile de s'extraire. Je m'impatiente et je fuis devant en cherchant à rattraper mes compagnons.


Un premier point bas sur la crête de la Clape dont nous nous sortons avec José et Michel, chacun à sa façon.


Alors que José transite par la crète des Grépoux et que Michel prend une ligne descendante pour le rejoindre, je préfère garder un cheminement en aval qui semble mieux porter.

J'arrive au Grand Ferrand certes plus haut que Michel mais trop bas, beaucoup trop bas pour remonter aisément. La brise en sud nous met sous le vent et les thermiques du vallon du Grand Villard sont petits.

José qui est arrivé 100 mètres au-dessus se refait sur le Pas de l'Etoile et va pouvoir continuer beaucoup plus sereinement.

Je lutte mais cette veine du massif de Devoluy est étroite et austère. La tension monte avec ma plume qui claque. Je vois Michel qui cherche mieux devant... Je sais qu'il faut que je trouve ici mais je n'y arrive pas. Je devrais peut-être revenir en arrière mais je ne vois que des arbres pour poser en aval... Je craque et je pars devant.


Le relief s’aplatit, se redresse même. Michel passe... J'essaie de récupérer une ascendance dans le torrent des Adroits mais,  j'échoue.

Je commence à me demander si je ne vais pas poser sur ce plateau... Tant pis, j'avance en me faisant contrer par la brise du sud en gardant en tête mon plan de repli vers la vallée. Je ne passerai pas l'angle du rocher Rond.

Je me laisse glisser dans la combe des Buissons où je n'arriverai pas à tenir un thermique petit mais probablement salvateur. Je pose au pied de Lachaup alors que Michel semble avoir réussi à survivre... malheureusement ce sera de courte durée.

Pour la récupération, il est en fait préférable de poser à Agnières, l'axe est plus fréquenté. Cela m'aura valu un peu de rando pendant laquelle j'apprends à la radio qu'Alex, Phil (par solidarité avec son fils) et Pascal ont posé au Col de Festre, contrés par un vent d'Est bien trop prononcé pour rallier le pic de Bure.

José arrive à revenir sur ses pas. Il atterrira au col pour récupérer sa voiture secondé par un trialiste de 86 ans en combi rose que nous croiserons dans la poussière en remontant récupérer la voiture de Phil. Enorme!

Quelle journée avec une super équipe, riche en expérience, qui se finit au lac de Drac à la Mûre en compagnie de Iona!



Photos

Toutes les photos sont ICI!