Dolomites (2019): six jours de découverte autour du col de Rodella

 
Nous avions découvert les Dolomites en 2010 lors d'un périple plutôt orienté grimpe et en l'occurence via-ferrata. Une révélation! Nous avions eu la chance que la neige s'était invitée quelques jours avant notre arrivée rendant les contrastes encore plus lumineux. 

Je m'étais toujours juré d'y revenir...  

Faute d'une météo exécrable en 2017, après une petite via-ferrata avec Jean-Denis, Etienne et Mickey sous le col de Rodella et un vol bien maigre de 2h30 avec le groupe du CAF Moselle, j'étais rentré bien attristé de n'avoir rien vu cette fois là, à part la neige et la pluie.

Il faudra attendre deux ans... mais cette fois pour 6 jours exceptionnels. 

3 jours sont annoncés potables. Nous tentons le créneau avec Christophe qui commence à bien connaître le bocal avec deux séjours plutôt généreux. Comme à l'accoutumée les prévisions sont très changeantes, mais cette fois, pour notre plus grand bonheur... 

Sur place, retrouvailles improbables avec Pino, à l'atterrissage le deuxième jour: il nous aura guidé dans les meilleurs restos de la vallée, mais aussi avec Pete en mode vol biv(ouac) que j'aurai croisé au Settsass pour la dernière fois, le dernier jour.


11.09: découverte du bocal


Les Dolomites sont très courues en Septembre par la planète parapente car les conditions sont plus agréables pour voler. Les conditions thermiques peuvent être encore fortes à cette époque de l'année, alors autant dire qu'en été ou au printemps, il faut avoir du coeur à l'ouvrage pour se présenter sous ces immenses faces rocheuses.

Pour cette première journée, le ciel est bâché mais nous permettra de faire un beau tour du bocal un peu désordonné mais dans une ambiance singulière entre le Lac di Fedaia et la Pointe de Vallaccia (2637m).

Superbe vue sur la Marmolada mais inaccessible ce jour-là!

Toutes les photos: >>>> ICI


12.09: orages, la stabilité de Bassano

Le lendemain est annoncé orageux. On décide d'aller visiter Bassano del Grappa, connu pour l'organisation de multiples compétitions. 

A notre grand désarroi, le trop d'instabilité dans le coeur des Dolomites n'aura en réponse que trop de stabilité sur ces avant-reliefs qui donnent sur la plaine de Venise. 

L'espoir de traverser vers le Mont Orsere (1493m) sera vain et je pose à Pederobba après une heure de vol seulement. Pas assez de plaf, trop stable! Récup royale avec un vieux monsieur qui me ramène chez lui derrière l'atterrissage officiel. Il faudra revenir dans des conditions plus généreuses. Chris aura fait demi-tour à temps... pour rallonger son vol plus à l'Ouest.

Retour le soir en passant par le lac di Fedaia, de jolies vallées bien étroites! Faudra être haut quand on les survolera... 

Toutes les photos: >>>> ICI


13.09: objectif Marmolada... 

Beaucoup de monde au col de Rodella, je me décide à décoller dans les premiers. Mauvais plan, ça ne tient pas et je finis par glisser dans le fond de vallée. Le temps de remonter, je suis à nouveau en l'air deux heures après, à 13h30. Je n'ai pas de nouvelles de Chris. Il est parti à l'Ouest.

Je me jette directement en direction de la Marmolada en suivant la meute. Les ascendances buttent tout juste une centaine de mètres au-dessus du sommet. 

Le Nord-Est bien présent nous met sous le vent dans le col entre le Piccolo Vernel (3098m) et la Forcella Marmolada (2885m). Le raccrochage un peu bas nous fait comprendre qu'il faudra ressayer plus haut.

Après la deuxième tentative, trop bas, à glisser sur le glacier, j'abandonne... tant-pis, trop de monde en plus! 

Quelle coïncidence, en ralliant l'Ombretta Occidentale (2945m), nous nous retrouvons avec Chris. 

Nous partons dans le flux d'Est vers la Cima Cadine (2885m), puis nous flottons au-dessus les éperons rocheux de la Costabella (2765m) jusqu'au pic Tariciogn (2647m), pour finir par rentrer bien chahutés sous le Sas di la Luna (2431m). Un peu de soaring au Col Pelous (2286m) en Nord... et une bonne ascendance, nous redonne envie d'aller nous frotter à la Marmolada (3343m).


Cette tendance Nord a dû en refroidir plus d'un, il y a quasiment plus de voiles dans le chaudron.

Après un gros combat pour sortir sous le Grand Vernel (3210m), nous nous appliquons devant la face Sud-Ouest bien ensoleillée... Le Nord nous écrase quand on se rapproche du sommet.

Le sommet de la Marmolada? Ce ne sera pas non plus pour cette fin d'après-midi! Nous nous rabattons sur le Sasso Pordoi (2950m) avant de glisser vers Campitello di Fassa, où je retrouverai dans un poser synchronisé mon ami Pino. Incroyable coïncidence! Il est venu voler avec la team Suisse UP.

Toutes les photos: >>>> ICI

14.09: la Marmolada en solitaire

Aujourd'hui, la Marmolada n'est plus au programme du jour. Les plafonds annoncés n'ont pas l'air suffisants!

L'idée est de partir à l'ouest vers Predazzo, de traverser au sud et de revenir vers la Marmolada par les crêtes que nous avons découvertes la veille. Guy se joint à l'équipe pour la journée.


On fera d'ailleurs la première branche ensemble dans un ciel bleu limpide. 

La suite, les cumulus vont rapidement s'étaler, accrochés sur les pics rocheux, rarement au-dessus! 

Je perds le groupe dans une tentative de traversée au sud qui a bien failli me voir poser à l'entrée du Val bien étroit de San Nicolo, sous le vent de la brise. 

Je ressors in-extremis au-dessus du télésiège au Buffaure (2060m) dans un thermique torturé que boudera Guy. Je ne le reverrai que le soir. 

Perché quelques minutes plus tard, je m'encourage, le Sas de Porcel (2490m) est au soleil, partout ailleurs c'est à l'ombre... 

Allez!!! Je me fouette et je repars dans le Val San Nicolo... 

C'est la bonne option avec quelques incertitudes quand même, si ça ne marche pas le retour en marchant va être long. J'arrive à ressortir du fond en rejoignant le Col Ombert (2670m)! Quelle ambiance nébuleuse!!! Je suis seul!


La Marmolada trône au milieu de cette mer de nuages! Je fonds sur sa face Sud-Ouest et contrairement à la veille, le vent est bien orienté. J'ai le plaisir de la remonter en soaring! 

Puis la petite combe en son sommet me catapulte au-dessus avec une violence inouie. Contrairement à la veille où j'avais buté sur le glacier... là je peux admirer le sommet bien enneigé et les rares alpinistes qui se congratulent de leur ascension! 

Pas de parapentistes! 

J'aime tellement cette intimité avec les éléments et la nature...  je me satisfais des chants de l'air, des formes des rochers et des nuages! Elles sont tellement belles ces montagnes!


Puis je finis par rejoindre le Sasso Pordoï (2950m) que j'arrive à survoler. Quel vol!!! 

Un dernier écart à la dent Grohmann (3126m) et je vais poser les yeux brillants à l'atterrissage où je retrouve mes compères qui auront choisi des cheminements bien différents.



Toutes les photos: >>>> ICI
La trace pour mieux comprendre:  Eric


15.09: entre Agnello, Marmolada et Rigais

Aujourd'hui, j'annonce clairement la couleur... je vole seul. On était partis sur un vol de groupe la veille et l'hésitation et les contradictions dans les choix à la radio nous ont fait perdre beaucoup de temps pour finalement se retrouver seuls devant chacun ses propres choix.

Je suis content de retrouver Pete qui a pour objectif de continuer vers l'Autriche. Il m'impressionne l'ami néo-zélandais et je suis bien loin d'avoir son niveau pour envisager le vol bivouac  tel qu'il le pratique. L'extrême de notre discipline! Encore trop stressé lors d'atterrissages en altitude, il me manque clairement des outils pour ça (atterrissages contre-pente, pente...).

Une belle surprise aussi de revoir Simon, mon jeune ami suisse. ça fait longtemps qu'on n'a pas volé ensemble. Un dust devil emmêlera la voile de son collègue leur faisant perdre beaucoup de temps au décollage. 

Pour une fois, je ne tarde pas. Une vilaine clé retardera Chris que je ne reverrais que le soir dans la pénombre de son poser nocturne. 

Je rattrape les premiers pilotes qui se sont lancés à 
l'Ouest! Pete me rejoins à la Cima Feudo (2670m) où j'ai temporisé le temps que les cumuli dans la vallée prennent un peu de hauteur.

Pete fait l'erreur de se précipiter vers le Monte Agnello (2361m) et de passer derrière la Forcella di Palenzana où je le verrai s'enfoncer alors que je traverse vers le Mulat (2161m) que je raccroche à 100 mètres sol. Le thermique est costaud et biscornu. Une PHI passe devant... je la suis. Le rythme s'accélère.

La suite est assez classique avec une belle transition vers la pointe Vallaccia (2637m) avec ce thermique explosif au-dessus du cimetière de sapins.

Puis, je prends la ligne de crête et sommets qui remonte naturellement vers la Marmolada en longeant les grands plateaux au sud. Nous avions pris ce cheminement dans l'autre sens quelques jours auparavant.


Encore un grand cadeau de cette semaine, je repasse une nouvelle fois au-dessus de la Marmolada!

Je pars à l'Est mais les plafonds sont encore aujourd'hui bien bas pour espérer aller bien loin. J'ai aussi en souvenir ces vallées profondes derrière.

Je glisse vers le Padon (2512m) très haut à 3700m. Je m'accroche sous une belle rue de nuages qui longe le lac Fedaia. 

Toujours satellisé, je me lance à la conquête du Pitz Boé (3152m)... ma ligne porte et je rejoins le sommet à 250 mètres sol! 

Un thermique musclé me fait atteindre mon altitude maximale... presque 3800m. La vue est panoramique, les choix semblent illimités dans l'euphorie de l'altitude...

Je décide d'aller explorer la vallée de Selva au Nord. Il y a moins de monde, j'aperçois une ou deux voiles au loin! Une longue transition m'amène au Col dala Pieres (2747m). 

La face pourtant ensoleillée ne donne rien. Je dois vite sortir de ce cirque. Je vois une voile ressortir plus à l'Ouest. Je fais une belle laisse de chien pour me remettre au vent en allant récupérer la face du Pela de Vit (2493m). 

Je crois apercevoir Chris au loin qui a aussi basculé dans la vallée.

Après un thermique retors, je continue au Nord. Il ne me suivra finalement pas. Chacun pour soi? Dommage!

Le Sass Rigais (3025m) est en vue mais il est trop tard pour espérer le chercher. Les ascendances semblent plus faibles. Le retour ne va pas être gagné.

Je me jette sous  le Sasso Lungo (3181m) en espérant que la brise en Nord m'aidera... 

Choix cornélien: 
  1. m'avancer vers le col de Stella mais dans l'ombre
  2. basculer sur les faces Nord-Ouest sous le Campanil Wessely
Je décide d'aller chercher au soleil... cela ne paiera malheureusement pas.

Après un gros combat au Col de Ciaulonch (2114m) je dois me rendre à l'évidence qu'il faut revenir sur Selva où je finis par poser entre les remontées mécaniques de la station.

Chris n'a pas été plus récompensé en zonant sous le Campanil de Cuecenes (2365m) et a aussi dû se résoudre à atterrir en ville. 

Un stop le ramènera au col de Stella où il décollera à la tombée de la nuit, nous retrouvant, éclairé par les phares de ma voiture, dans les champs devant l'Auberge Irma où nous avons agréablement passé la semaine.

Nous finissons encore la soirée avec Pino dans un bon resto pour fêter cette jolie visite de la vallée de Selva.

Toutes les photos: >>>> ICI
Quelques traces pour mieux comprendre:  

16.09: l'aventure plus loin vers le Nord Est

La fatigue se fait sentir... dernière journée avant de partir vers Saint-Hilaire pour la coupe Icare.

Le vol de la veille a attisé ma curiosité... J'aimerais vraiment aller plus au Nord-Est, et pourquoi pas en accompagnant un peu Pete qui espère passer la frontière autrichienne. Nous le retrouvons d'ailleurs au col de Rodella assez tôt.

Nous nous préparons séparément. Je décolle dans le bon cycle... juste avant un accident mortel (avec l'affluence, c'est malheureusement encore un constat: notre passion est bien à risque). Chris perdra un peu moins d'une heure le temps que l'hélicoptère intervienne... on ne se verra pas du reste de la journée.

J'ai le couteau entre les dents... J'avance plutôt bien... un peu trop d'ailleurs sur l'autoroute vers Predazzo. Une bonne galère sous la Punta Vallaccia (2637m) me ramènera à la réalité. Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation.

Raccrochage trop bas, il aura fallu jouer du lacet pour ressortir et continuer.

Le survol de la Marmolada est par contre une formalité... je ne m'y attarde pas pour foncer sur la Zima de Agnareze (2352m). Un gros trou bleu à l'Est... en revenant en arrière vers le lac Fedaia, une superbe rue de nuages lézarde le ciel vers le Nord Est. 


Je m'y dirige... ça monte bien. Je me laisse aspirer par le beau cumulus en espérant passer derrière. Du blanc, encore du blanc... et le taux de montée qui s'accélère.

Quand je ressors enfin du nuage, l'humidité s'est solidifiée, des gouttelettes glacées sculptent mes élévateurs! Je suis à 4035m :O!!!

Entre le col di Lana (2452m) et le Setsas (2571m), j'apprécie assez mal ma dérive et pourtant elle est franche en Nord-Ouest. Les prévisions avaient effectivement annoncées une rentrée dans l'après-midi. Je néglige cette information et n'effectue pas une belle laisse de chien qui m'aurait pourtant facilité le raccrochage du massif des Cunturines.

Le piège se referme sur moi. Mon vario râle, ma finesse se dégrade dangereusement... 

J'arrive sous le vent avec un accueil dolomitique à la hauteur. Je me fais violence, je n'ai pas le choix de toute façon... Le thermique est juste brutal le long du rocher. J'en tremble, je pars devant... au vent du pic de Lavarela (3055m). Je suis repoussé derrière... J'écrase le barreau pour sortir de l'effet bagnard.
Enfin une ascendance plus confortable, forte, mais confortable... je rejoins les hauteurs à 3650m.

Devant, je vois la Mentor 6 rouge de Pete. Il continue vers le Nord Est sur la crête qui mène au Piza dales Nu (2968m) et finira en Autriche le soir même. Pour ma part je fais demi-tour entre le Ciaval (2907m) et le Piza dales Diesc (3026m). Il est déjà un peu tard... et l'aventure va encore finir dans à une vallée ou deux de Canezei!

La vallée pour rejoindre Corvara est large... Je rebrousse chemin et assure un bon thermique 3550m pour m'y lancer. La tendance Ouest est canalisée et m'arrive dans le nez. J'essaie de reprendre de la hauteur devant le petit relief Piz la Ila (2078m).

J'arrive à 200 mètres sol du Col Alt (1980m). Je dois tenter le tout pour le tout... en allant chercher la face Ouest du Sassongher (2665m). Je passe tout juste le petit col Pradat. Derrière, j'essaie de récupérer un thermique... il est faible et la brise ONO me repousse d'où je viens.

Il faut que j'essaie de sortir du Col Alt qui est bien exposé Ouest. J'y suis resté 45 minutes, rejoint par plusieurs pilotes locaux venus pour le vol du soir. Plus de thermique, pas de restit magique... juste du vent. Je finis par poser à l'atterrissage officiel de Corvara.

Un pilote allemand m'a ramené au col du Stella, où je me suis dit qu'il serait bien de finir le séjour par un petit vol du soir... le vent de cul aura eu raison de mes tentatives, dont la dernière qui m'aura froissé la cheville (merci aux chaussures montantes) dans la pente. Mauvaise option qui m'aura obligé au repos une dizaine de jours et m'aura privé de la coupe Icare 2019.

Toutes les photos: >>>> ICI
La trace pour mieux comprendre:  Eric



Enfin une belle semaine dans les Dolomites avec Pino, Pete et Chris!

Rendez-vous pris au Printemps pour élargir l'exploration!


Petite sélection photos

Beaucoup de liens et de photos... vous êtes pressé(e)s, voici une sélection!

Vosges (2019): soaring automnal au Rothen début septembre?

Il y a trois jours, les conditions semblaient encore estivales offrant de belles balades aux meilleurs qui ont ouvert la saison 2019/2020 du Championnat Régional de Distance des Vosges en fanfare (140kms quand même pour début septembre)!

Deux jours après, c'est plus la même musique, 1600 mètres d'altitude max et des lumières contrastées d'automne pour un vol en soaring au Rothen.

Arrivé à 11h30, quelques randonneurs affrontent la montée balayée par un vent de Nord Est bien rafaleux et bien frais. Pas de pilote sur les chaumes... le ciel est déjà masqué et les cumulus commencent à se goinfrer de l'humidité du sol. De bonnes rafales brassent les gentianes qui font la gueule mais qui ont survécu aux canicules de l'été.

Après une bonne heure à attendre que ma voile soit moins frénétique au sol, je lui donne l'ordre de prendre la voie des airs, ce qu'elle fera dans la seconde. C'est l'ascenseur expéditif à plusieurs centaines de mètres au-dessus du Rothenbachkopf pour un vol d'1h40 en thermo-dynamique.

En avançant dans la vallée de Mittlach 30kms/h de vent me rappellent que c'est encore bien fort. Le Rothen semble plus protégé en altitude avec un 20kms/h max.

Il en est d'une toute autre histoire au déco où je suis bien mal accueilli: tendance Nord, thermique déclenchant devant et le long de la crête qui glisse vers l'auberge de Steinwasen, bref tout pour tordre ma voile et me rappeler à la vigilance.

J'essaie de poser... 3-6, wings, je tire loin sur la chaume vers Kruth... chaque fois je remonte dans 25kms/h renforcés par l'instabilité du déco. De nouveau à 1400 sans enrouler.

Je vois deux pilotes tenter de décoller dans la pente Nord, mais malmenés, ils se replient au col.
Après 30 minutes à trouver la ligne descendante, je finis par profiter d'un creux pour enfin poser.

Pause - pendant que je reprends des forces empaqueté dans ma voile pour me réchauffer, je ne m'aperçois pas qu'un nouveau pilote s'est installé sous mes pieds. Il est monté depuis Mittlach (probablement un voisin à toi, Antho!?) par la route forestière et a laissé son 4x4 à l'auberge de Steinwasen (où il finira par poser plus tard, d'ailleurs).

Dans le même instant, je vois surgir une Cure et une sellette que je reconnais... Alan avec qui nous avons découvert les Champis la semaine dernière.

Quel hasard.... Nous voilà parti chacun pour une bonne séance de près de trois heures, à suivre chacun notre programme du jour. Vol de proximité, repose au sommet, wagga session dans la pénombre des cumulus stratifiés! ça rentre nickel les hélicos au sol, Alan!


17h, le vent est passé Nord et faiblissant, nous partons poser au col.


Le soleil est revenu plus présent entre le Rainkopf et le Rothen, glissant et étendant les ombres vers la plaine d'Alsace, moment de prédilection, d'échange avec la nature.


 Dernier regard avant de replonger versant Vosgien.

Toutes les photos...