Un sentier vers le ciel (2020)...

Petit retour en images sur cette année bien particulière qu'a été 2020.


 

Vosges (2021): coucher de soleil tempétueux au Hohneck


Le Hohneck, un grand classique dans les Vosges, facile d'accès, il attire de nombreux visiteurs et, encore plus, en cette ère pré-apocalyptique où les restrictions sanitaires vont bon train.

Alors, pour se retrouver seul en son sommet, il faut choisir le bon timing (soit très tôt, soit un peu avant le coucher du soleil, ce qui laisse juste le temps de redescendre dans la vallée avant le couvre-feu) et les bonnes conditions météo (en d'autres mots, bien hostiles à l'homme)... et le moins qu'on puisse, c'est que j'ai été servi!

La montée semble moins raide tellement la neige a envahi le col et le versant ouest. La neige du haut est chassée par un vent violent de sud. 

Les blocs de rochers et les arbustes qui délimitent le couloir Wormspel ont disparu. Il faut se fier aux piquets qui cherchent à respirer, le précipice n'est pas si loin et les risques d'avalanche non plus.

En haut, des volutes glacées frappent violemment le refuge. La nature dans tous ses états!

Le sol craquelle sous les raquettes qui cherchent un passage entre les stigmates de la civilisation du week-end dernier. Il devait y en avoir du monde ici à piétiner la place.

Des rafales me jettent vers le Schaeffertal. Des coulées de neige virevoltent vers le bas. Je serais peut-être mieux sous le vent du dôme. J'y suis poussé de toute façon. Plus bas, c'est pire dans les rotors.


Je me dépêche de revenir au soleil, qui a déjà disparu au loin vers la vallée de Kruth. Je lutte pour tenir debout, j'ai l'impression de réapprendre à marcher. 

Mon appareil photo, lourd dans le fond de mon sac, m'évite de m'envoler. Il y restera... je n'aurai que le courage de sortir mon smartphone pour immortaliser la scène.






En redescendant vers le pied du Hohneck, la rage des éléments 
semble un peu s'atténuer.

Quelles sont belles ces Vosges, à la porte de la nuit, seul.


Toutes les photos & vidéos

>>>>>> ICI <<<<<<

Vosges (2021): entre Reinhardsmunster et le Treh, des couleurs bien variées mais glaciales

Plusieurs semaines maintenant avec de la neige qui s'est bien stabilisée sur les sommets du massif vosgien avec plus d'un mètre à certains endroits. La brume et le vent sont bien sûr de la partie, en alternance.


Reinhardsmunster, sur les hauteurs de la plaine d'Alsace


Super virée (9.01) initiée par les copains alsaciens (Claude, Chris, Thib et Thomas) et belle découverte d'une région que je connaissais pour son pouding (grès rose incrusté de galets) avec les amis grimpeurs entre Lutzelbourg et Saverne.

Sur les hauteurs de la petite commune de Reinhardsmunster se trouve une trouée dans les sapins, propice au décollage en SE, E, NE.

Beaucoup de locaux ou de pilotes strasbourgeois ont répondu présent à l'appel du vol hivernal... très hivernal et même glacial avec -10C au plafond (1000m d'altitude) de la journée.

En bon sudiste frileux, j'ai prévu le coup... un vrai bonhomme Michelin, ce qui me permettra de rester en l'air près de deux heures pour une jolie balade bien technique dans une aérologie un forte (20-27km/h) et surtout orientée bien trop Nord pour remonter aisément jusqu'à Saverne. 


Un bon travail de placement avec une transition un peu tendue pour raccrocher la combe d'Haegen.

La suite est un régal à survoler ces châteaux invisibles depuis les bouts de rocher que nous avions grimpés il y a quelques années: Grand Geroldseck et Haut Barr.



Ambiances très variées entre lumière et ombre, neige et vert...
Jolie découverte! Merci à Thib et Claude (pour la navette depuis Colmar).

Toutes les photos




Un Treh trop stable en NNE, sous un soleil glacial


Les prévisions, le matin même (11.01), ne sont pas alléchantes, malgré un soleil annoncé impérial. Stabilité assez marquée avec une couche d'inversion à 1000m mais surtout du NE avec une bascule dans l'après-midi en NO malgré peu de vent annoncé.

Avec les habitués soiffards du wagga, nous optons donc pour le Treh en espérant que le Nord-Ouest prendra le dessus... Il y a entre 10-15km/h en haut qui joue la salsa entre le N et le NE le kiteur au sommet faisant de lents aller-retours.


Direction au déco Nord du Treh, pour travailler le décollage vent de cul dans la neige. On le sait la prise d'élan face au vent est primordiale et la petite sente bien tassée des raquetteurs et skieurs nous aura tous sauvés, à chacun sa situation et sa méthode.


La suite, une orientation trop Est du vent ne nous permettra pas de nous appuyer dans la combe Nord peu fréquentée du Treh. Derrière, le thermique est trop faible et balayé, ce qui nous vaudra une glissade vers le Wagga un peu ralentie par quelques bullettes.

Encore un beau coucher de soleil enneigé :-)  



Toutes les photos