Vosges (2019): mi-février presque printanier au Treh

Depuis l'escapade dans la Meuse, peu pour ne pas dire: pas d'occasion pour aérer les plumes!

Les copains du massif, eux, ont pu quand même profiter de quelques journées ensoleillées en semaine, les conditions étant trop fortes, trop humides durant les week-ends.



Il nous a fait du bien cet anticyclone à se positionner sur toute l'Europe de l'Ouest, même si une inversion thermique (températures plus froides en vallée que sur les reliefs) l'a accompagné en montagne.

Soleil au programme, donc, pour ce long week-end parapotes avec des scenarios très Treh différents:

  • J1: Treh, déco Sud: première leçon de l'année, toujours choisir un déco où l'orientation du vent lui est favorable, même si les prévisions n'annoncent pas de vent... résultat Christophe sort la technique avec "un violent face voile" et un record au sprint poussé par un petit vent arrière. Je redescends la voiture après cinq tentatives infructueuses :-(.


  • J2: Treh, déco Sud: déco aisé par petite brise SSE avec Ju, suivi d'un choix de ligne différent qui nous ramènera au wagga dans un timing différent. Travail dans du tout petit à enrouler le seul thermique de la journée.



     
  • J3: Treh,  déco Sud-Ouest: les prévisions annoncent du vent très fort et on s'attend à une petite séance de soaring avant que cela ne dégénère.

    Rien de tout ça! Pas de vent de toute la journée et à notre grosse surprise, l'instabilité est bien au rendez-vous. Petites tentatives vers le Grand Ballon avec un plafond de 1500m. Un vol de plus de 4h avec les copains.

    Les Ozone marchent bien mais les Nova aussi... Très Treh bon!

  • J4: Treh, trop fort: on espérait un deuxième petit miracle avec Giulia et Denis, mais les conditions auront été fidèles aux prévisions. Trop fort avec des rafales à plus de 50kms/h. Il fait toujours aussi beau, le Printemps en avance, la saison de vol se rapproche :-)



La Vie en Vosges... toujours aussi fantastique!
On remet ça bientôt, plus au sud ;-).



Toutes les photos

... ici en Diaporama!

Meuse (2019): premier vol à Brandeville glacial



L'hiver s'est installé depuis la mi-décembre dans le Grand Est, les influences d'Ouest apportant plus de douceur et d'humidité, favorisant les inversions, les nuages bas, les rideaux de pluie (de neige aussi); rendant les sols gras et limitant les créneaux de vols à peau de chagrin. Du Nord plus froid, de l'Est plus sec...


Mais qui donc va affronter les -2°C qui s'affichent sur le thermomètre de la voiture, à ces premières heures dominicales? 

De jeunes parapentistes furieux: Max, Yoyo et Greg qui sont prêts à migrer plus loin à l'Ouest, aux frontières de la Meuse, sur une petite bourgade isolée du nom de Brandeville, pour espérer profiter d'un vent plus soutenu et porteur.

Cela faisait bien longtemps que je n'y avais plus été en hivernal, à l'époque la neige était de la partie!

Nous ne nous trompons pas trop... Quand nous arrivons sur ce joli site de plaine, de moins de 100 mètres de dénivelé, la chambre à air de l'attérrisage nous accueille joyeuse, vibrant dans l'axe.


Par contre, personne au déco malgré un vent glacial défrisant. La seule flammèche est peut-être protégée par la rangée latérale végétale. Sa danse lancinante ne nous inspire pas à jouer les fusibles et nous prenons notre temps pour nous préparer.



Une horde de Meusiens débarquent soudainement... Ils le savent, les conditions sont juste parfaites.

Nous avons perdu du temps et ils se retrouvent vite en l'air, nous montrant que l'air est bien plus porteur devant.

L'allongement de l'aile fait la différence dans ces conditions faiblardes et changeantes. Le PTV des fêtes aussi... Un peu de chance en attrapant l'ascenseur thermique hivernal, et on se retrouve au-dessus de la crête d'arbres avec un vent plus fort (18km/h) qui permet de flotter à cet étage.

En dessous c'est un retour garanti rapide sur le plancher des vaches. L'épisode est malheureusement court pour tout le monde. Notre espoir est vain.

Il n'y aura pas d'autre créneau  pour le restant de la journée.

L'hospitalité de nos copains Meusiens, légendaire (feu de bois, BBQ, miel et elixir local) nous fera accepter encore un peu ce froid glacial qui nous fait greloter. 

Nous rentrons avec le sourire pour ce premier vol de l'année, bien qu'il ait été un peu trop vite écourté.

Au retour nous avons assisté à un spectacle lunaire incroyable. Effet d'optique... la reine de la nuit s'est montrée bien plus grande qu'à l'accoutumée dans un ciel encore clair.