South Africa (2020): entre Cape Town et Hermanus, pas que du tourisme


Cape Town, la capitale provinciale du Cap Occidental. Elle est balnéaire, elle est touristique.

C'est aussi le point de départ de ce périple parapentesque en Afrique du Sud.

Cape!

Le paradis des surfeurs, des kiteurs! Mais aussi des parapentistes, surtout des biplaceurs pro. C'est un peu la Mecque ici aussi... plusieurs décollages leur permettent de proposer des baptêmes aux nombreux touristes qui veulent découvrir la ville par la voie des airs, pour aller poser près de la mer.

Pour nous, Cape Town a été l'occasion de recharger les batteries entre les gros vols de Porterville et de voler en local quand les conditions n'offraient pas mieux ailleurs. L'aérologie est particulière et très changeante. 

Le vent peut rentrer fort soudainement et il n'est pas rare non plus de voir la baie envahie par ces cumulus salins. 

Le mieux est de toujours surveiller les biplaceurs et ne pas hésiter à leur poser des questions au décollage.


Nous avons pu décoller de Signal Hill et Lion's Head pour des vols contemplatifs.

Il y a un très beau cross (The Kommetje Run) au départ de Signal Hill qu'a réalisé Clive, je suis arrivé trop tard et j'ai pris la pluie sur les contreforts de Table Mountain m'imposant de poser sur la plage. Cette balade est assez unique dans son genre et offre un panorama exceptionnel entre océan et montagne.

Sillonner vers le sud en descendant vers le Cap de Bonne Espérance... ouahhhh!


Cap de Bonne Espérance (Good Hope)

Le vent est parfois beaucoup trop fort... la visite du Cap de Bonne Espérance est donc incontournable. 

En descendant à l'extrémité de la péninsule, vous serez amenés à longer toute la côte et à admirer la Baie False. 

Une petite halte à Boulder's beach pour observer les pingouins? 

La réserve du Cap de Bonne Espérance est payante. Vous pourrez alors profiter d'une belle randonnée au-dessus des superbes falaises du Cap. 

Ambiance aérée! Prévoir trois bonnes heures pour en profiter pleinement.


On peut y croiser quelques babouins qu'on prendra le soin de ne pas nourrir.  Ceux qu'on a rencontrés n'ont pas montré d'agressivité mais il faut rester cependant vigilant.


Retour recommandé par la route atlantique qui remonte par la baie Hout pour rejoindre le centre de Cape Town en passant par Misty Cliffs, Long Beach, en longeant Table Moutain et Signal Hill.






Hermanus, sous la grisaille...

Au Sud-Est du Cap de Bonne Espérance, la petite ville d'Hermanus est aussi connue pour sa vue sur l'Océan Atlantique Sud depuis de petites falaises où on peut décoller quand le vent d'Est n'est pas trop fort. 

Il a tendance à rapidement le devenir dans la journée.


Nous profitons du départ avancé des frérots suisses pour aller visiter l'endroit. La météo bien maussade ne nous permettra pas de réaliser le petit cross vers l'Est

Belle découverte cependant et bon moment partagé avec la bande des niçois.


Pas très loin, au Nord, Sir Lowry Pass ouvre la porte sur des vols de distance bien plus conséquents... 

Toutes les photos...

 















Revenir aux Mementos...


Alpes (2019): Mont Blanc, du rêve à la réalité

Déjà 6 mois, un vol inoubliable!

Difficile de revenir sur ces images (pas toujours filmées comme on le voudrait!), tellement l'événement accapare l'attention...

Il y a 7 ans, Stéphane Boulenger avait fait rêver de nombreux libéristes avec la superbe vidéo de son ascension et atterrissage au sommet du Mont-Blanc, le 19 août 2012.


Depuis lors, difficile de se (re-)hisser au-dessus du toit d'Europe occidentale dans de telles conditions: une bonne canicule avec peu de vent (rendant ce vol technique très abordable *** sujet polémique d'ailleurs tant certains pilotes non préparés se retrouvaient perchés là-haut ***), se produisant plus facilement pendant la période estivale soumise à une interdiction de survol du massif, tant côté français qu'italien.

Alors quand, fin juin, une semaine de canicule est annoncée, il fallait se rendre disponible en croisant les doigts pour que le vent de Nord veuille un peu se calmer. Les absents ont toujours tort... mais nous étions nombreux à présentir l'ouverture...

C'est donc le 26 juin 2019, que nous nous retrouvons avec Chris, les Vosgiens du MAW ainsi que de nombreux pilotes de France, de Navarre et du monde à Plan Praz. 300 individus regroupés c'est peu mais en l'air ce n'est pas commun.

On se râte sur le départ et je ne ferai qu'un aller-retour aux Aiguilles Rouges. Ce sera pour une prochaine fois le tour du massif en faces Est.

Je retrouve Chris au-dessus de l'arête de Bionnassay dans un thermique virulent. Puis, après une montée lente par l'arête je le rejoins sous le cumulus qui trône au-dessus du sommet du Mont Blanc. Epique!

Avec l'hypoxie, l'euphorie. Chris me réveillera en me proposant un petit tour du massif par les faces Ouest. Je ne le remercierai jamais assez car c'est la suite de ce voyage qui restera à jamais gravée dans mes mémoires!

Grandes Jorasses, Aiguilles d'Argentières, Aiguilles Vertes et ses Drus pour finir avec l'Aiguille du Midi. Tant d'endroits mytiques de l'Alpinisme!

Pour finir, nous constaterons avec tristesse l'état désastreux des glaciers que vous retrouverez dans ces images.

Plus de 5h de rêve devenu réalité... un vol d'une vie!




Tout d'abord Merci à vous Manu Bonte. Carole Fossard et Thierry Bohé pour votre aide en juillet 2013 et vos mots qui résonnent encore dans le creux de mon oreille. Je vous dédie ce vol!

Merci à toi, mon ami, Julien Fontbonne qui aura été présent quand il fallait, qui m'aura encouragé toutes ces dernières années... pour que ce rêve devienne réalité.

Merci à toi Stéphane Boulenger, pour tes tutos cross de grande qualité qui permettent de se familiariser à l'avance avec ton terrain de jeu et donc d'arriver mieux préparé.
https://vimeo.com/47975978

Une petite idée de ce vol... tellement contemplatif!

Vosges (2020): premier vol rando de l’année au Drumont

Premier vol rando 2020 qui aura été juste exceptionnel!

L’hiver, on s’attend à randonner avec 15kgs pour les moins équipés et à redescendre en volant, d’une traite, direct à la voiture.

Un beau sentier (Rond Rouge) pour monter d’Urbes au Drumont avec une équipe de motivés bien sympathique.

Arrivés au Gusti, la cadence augmente en voyant les premières voiles virevolter au-dessus. Ça monte même au-dessus de la crête!



La bonne surprise continuera ainsi toute la journée au point que le vol durera plus longtemps que la marche! Incroyable pour un 5 janvier!

Vivement le prochain les copains...