Grand Région Est (2016): entrainement entre Berdorf et Lion devant Dun

Le programme de cet été s'annonce particulièrement riches en expériences alpines. Aussi la motivation est à l'entraînement en cette fin juillet.

Berdorf


Cela fait longtemps que nous n'étions pas allés à Berdorf et nous étions ravis de re-apprivoiser  ce grès qui attire les grimpeurs européens et plus particulièrement hollandais en cette période.

Autant dire qu'il vaut mieux privilégier les jours de semaine.

Véro aura ainsi pu découvrir les subtilités de l'escalade en falaise dans une intimité toute relative d'un vendredi soir.

Le départ de Paul Bessière légèrement déversant aura raison de sa volonté.
Par contre, elle atteindra le sommet du coin en 4b. Pas beaucoup de prises de couleur ;-)


Quant Lolo me propose d'y revenir  ce samedi, j'hésite... et finalement, cela aura été une bonne séance cosmopolite. Les casques bleus néerlandais sont vite oubliés quand l'entourage linguistique se diversifie.

Nous nous lançons dans des voies classiques que nous avons déjà parcourues  avec pour objectif de se relâcher dans le 6a et d'enchaîner proprement les voies. Secteurs Dame Jeanne, Ecureuil et Minimops... que du plaisir.

Lion devant Dun


Autre entraînement, autre destination... Belle découverte que ce site de Lion devant Dun (ou la Côte Saint-Germain) avec Sandra et Pat (merci à tous les deux). Quand nous arrivons vers 13h, les Meusiens sont déjà dans leur jardin et le BBQ au gaz fonctionne à plein régime...


La brise alimente déjà le déco et Pat, affamé, se jette dans le vide. Il repasse au-dessus des arbres pendant qu'avec Sandra,  nous nous jetons sur notre déjeuner. Le vent vient renforcer le thermique et les premiers pilotes se lancent entre les gouttes.

Les cycles thermiques sont assez variables mais ne semblent pas trop influencés par le vent météo, lui même perturbé par les fronts dépressifs.


Sandra fait rugir sa M6 dans le ciel où les cumulus ont tendance à s'étaler vers le haut et où un large rideau pluvieux semble s'avancer, ce qui n'est pas pour la rassurer et moi non plus d'ailleurs...




L'atterrissage au déco requiert de la précision et à ce petit jeu, c'est Pat qui s'en sort le mieux...

Je n'aurais pas l'occasion de m'y essayer, découvrant trop tard la baisse de régime d'un épisode (essentiellement dynamique sous un ciel devenu bâché) qui aura fait le plaisir de tous les pilotes (une bonne quinzaine/vingtaine de furieux) pendant près d'une heure.

En me remontant, Pat semble plutôt optimiste car, même s'il est tard (19h quand même), le soleil tant espéré, a repris ses droits et chauffe les prés fraichement fauchés.

Nous ne sommes plus que cinq à nous élancer.

C'est malheureusement la fin, et j'écourte malencontreusement mon vol après une dizaine de minutes pour aller me poser en douceur sur le large et accueillant atterrissage en contrebas, pendant que Serge fait le tour complet de son bocal et Sandra zérote au-dessus des sapins autour du déco.



Nous finissons la journée tout en finesse avec Pat... Ion 4 V M6.

Certes cette comparaison ne fait pas de doute, mais confirme que les voiles EN B (-) récentes n'ont pas à pâlir face à leurs grandes soeurs. Prochain tests: 1) face au vent,  2) accéléré, ce ne sera pas la même histoire!

Il ne reste  plus qu'à revenir avec plus d'ensoleillement pour profiter du potentiel thermique de ce superbe site meusien.

Merci encore à tous les locaux pour leur accueil.

Vosges (2016): entre compétition sport Thur et petit cross...

Ce dimanche 17 juillet, je l'attendais depuis longtemps... 3 ans en fait. Il a bien commencé (avec la famille) et il s'est bien terminé (avec les amis).

Au déco du Petit Drumont, retrouvailles surprises avec nos amis belges (Ber Bee et Fred, aka Vladimir, le disparu :-P). Juju est déjà concentré sur sa deuxième manche de la compétition organisée par le club Thur Vol libre.

Il y a aussi Rom qui décolle aussi vite que son ombre, Johan et Alex de Plein Est que je connais moins. Les guns de NVL sont aussi de la partie.



Le comité de course donne le tempo dans la bonne humeur.
Vers 12h30 les premiers compétiteurs s'élancent en attendant le start.
 
Je me faufille aussi vers le Gusti mais je rate la première marche et zone un moment en dessous du déco...

Quand je commence à refaire surface, la grappe a fait le plaf et s'élance vers le nord pour la première balise. Je sais déjà que je ne les reverrai plus sauf sur mon GPS.

Pas de signe de Rom et du 143.600 . Je me laisse convaincre par ce delta qui m'accompagne depuis le bas et je me lance vers les crêtes en Est avec quelques voiles en prenant le temps de faire le plein.

Mes montées demandent encore à être optimisées mais j'avance sans stress...

Les conditions sont fumantes et les cum bien rangés. Je bondis vers le Rothen le temps d'enrouler un thermique avec des voiles qui reviennent du Hohneck.

Quelques courageux ratassent plus au nord et ne m'incitent pas à les rejoindre malgré cette superbe rue. Un planeur qui fond sur moi me montre la porte de sortie...

Je pousse l'accélérateur et repasse haut au-dessus du Hohneck, il me faut engager quelques 360° pour calmer mon euphorie et voir la Martins', pas assez prêt pour voir les amis grimpeurs.

Le lac blanc me tenterait bien mais je préfère optimiser mon cheminement sous les cums en terre connue.

Je fais un dernier virage au-dessus du rocher, le col de la Schlucht me tendant les bras, et je file vers le Treh par la route des crêtes. Il y a beaucoup d'ombre mais j'arrive à tirer les leçons de la première partie du vol.

Je rejoins le Treh avec comme objectif de boucler au-dessus du Drumont. Les thermiques sont plus homogènes et je traverse sans encombre.

Elle perce bien cette petite Ion... Une triton montre sa différence mais nous arrivons tous les deux au plaf...

Je décide de suivre une rue naissante vers le ballon d'Alsace.

J'y dérive jusqu'à ce que la raison l'emporte sur la passion, le retour me semble plus compliqué et je préfère finir au Wagga que devoir appeler à la rescousse ma moitié.

Enfin, quel bonheur que d'être accueilli par mon ange gardien .
 Il est sur son petit nuage car il a gagné la manche en sport de la journée, je suis heureux car j'ai bouclé et tourné une page.

Encore merci mille fois à tous ceux qui ont su m'encourager pour que je puisse regarder le ciel d'en haut, de nouveau!.

Pour finir, nous assistons à la remise des médailles dans une ambiance chaleureuse! Nous nous éclipsons à regret avant la fin... y en a qui vont se gaver les prochains jours...