Alpes (2017): entre Haut-Verdon et les Ecrins...

Après un tour du Dévoluy manqué, je quitte les copains Isérois et pars pour retrouver Titi et Ferdi en Provence. Direction Saint-André les Alpes, la place forte du vol libre au coeur du Verdon qui annonce des prévisions assez variables. Au petit matin, mes deux kiteurs jettent l'éponge.

Il y a du monde à l'atterrissage à attendre la navette et comme je ne veux pas manquer la fenêtre (après 13h c'est souvent trop fort) je fais la joie de 3 autres pilotes en les déposant au décollage Ouest. Une navette européenne avec un allemand, un anglais et un français.

Beaucoup de monde en arrivant au déco.



Ma préparation de vol de la veille (balises ajoutées dans Flyskyhy) me prédestine aujourd'hui à tenter le fort de Dormillouse avec la traversée impressionnante et engagée du massif du Haut Verdon.

Quelques Indiens de Montlambert ont investi un bel arbre à ombre, leur totem de la semaine. J'y suis accueilli avec générosité. Coïncidence? Le capitaine du team Nova France est là.

Le courant passe tout de suite avec l'équipe mais leur plan de vol ne me rassure pas... Ils ont certes planifié de monter à Saint-Vincent les Forts mais en passant par Digne.
Ce vol me parait un peu hors de portée pour une première dans le coin. On verra bien en l'air...

2 Mentor light, 1 Mentor 5, 1 Cure, 1 Phantom, 1 SWIFT, 1 Elan (et j'en oublie) sont rapidement en l'air. On galère un peu avec Cyrille. Les voyant faire le plaf efficacement et filer à l'Ouest, je sais dores et déjà que je ne les reverrai qu'à l'atterro.



Je pars vers le Nord aux antennes où je manque d'efficacité et je perds un peu de temps, puis direction le Meunier où je me retrouve déjà seul... J'aperçois deux voiles au loin sur Costes Longue qui me confortent sur le cheminement du jour. Poussé par un vent bien présent en Sud-Ouest, je m'y laisse porter.



Ca monte en dynamique dans les combes et le long de la crête. Les deltas sont aussi dans la place mais repartent vite au sud. Les planeurs prennent le relais. Les vallées deviennent plus étroites.


 Ambiance! J'ai le palpitant qui swingue, à partir dans l'inconnu,  mais tous les indicateurs sont au vert. Le cheminement est évident et ce vent de 18kms/h me pousse dans le bon sens vers la tête de la Reynière.

Là un bon plein me relance sur le Tromas, puis sur la tête de Chabrières. Les nombreux planeurs me confirment que j'arrive sur la Blanche.


Les deux voiles (une Spice et Colt?) que j'avais perdues de vue au Col de Lachen me passent au-dessus. 25 kms/h au vario... comment est-ce possible? Peut-être moins de vent au plaf?! Je n'envisage pas une seule seconde le retour.

Le nord me tend les bras en arrivant au fort de Dormillouse, à commencer par le fameux Morgon, impeccablement orienté. Transition à 76kms/h... je ne préfère pas me retourner.

Je sais qu'Ancelle n'est pas loin, pour avoir loupé la transition au mois de mai dernier depuis les Richards. Si j'y arrive, je repasse en terrain connu et la remontée vers La Mure devrait être aisée si ce vent en Sud-Ouest persiste.

Mais avant, il va falloir assurer la traversée du lac de Serre-Ponçon. Je m'applique à faire le plaf à 3100 et vise le Mont Guillaume, ayant peur de me faire contrer en direct vers les aiguilles de Chabrières.

Bonne option, elle me donne d'ailleurs le temps de voir que l'étalement d'alto-cumuli recouvre tout le secteur et qu'il faudra patienter avant de rebondir plus à l'Ouest, ce que je fais facilement en dynamique. Afin de rejoindre la crête qui mène au Sapet, je fais le plaf à la Tête d'Esclucis entouré de planeurs.

J'arrive au-dessus d'Ancelle. Quelques parapentes flirtent avec les arbres dans l'ombre.
Retour en terre connue avec une transition efficace sur le Palastre à 60kms/h.

Au Cuchon tout est à l'ombre... je me jette sur le Banc du Peyron. Je remonte la crête vers Moussière. Le vario m'indique de l'Est. Plus d'activité thermique!
Je me jette derrière, vers le petit Chaillol, en espérant retrouver du Sud-Ouest. Rien... je suis sous le vent. Je replis les jambes en m'attendant au pire. Ca ne tarde pas, abattée oblique contrôlée... Je m'écarte en vallée. Je suis trop bas pour rejoindre le Grun.

Il est temps pour moi de trouver un grand champ en milieu de vallée à l'abri des turbulences. 25 kms/h au sol, je pose sur le bout des pieds. Quel vol!!! J'étais encore là, la veille. Le retour s'annonce épique...



Et comme toute bonne journée, elle se finit bien.

Un jeune agriculteur me dépose au village le plus proche: Chauffayer. De là, Denis de Saint-Bonnet me remonte finalement à Laragne (ayant loupé le dernier train au départ de Gap).

Je le remercie encore mille fois pour sa générosité. Faire 120 kms aller-retour pour un inconnu... c'est quand même pas tous les jours!

Nous arrivons en plus pour la remise des prix du Championnat de France et je retrouve tous les champions du Grand Est, à commencer par Julien et Mag qui m'hébergeront pour la nuit. J'ai rajouté dores et déjà une brosse à dent/dentifrice et des tongs dans ma sellette...

Le lendemain, blablacar n'a pas bien fonctionné (merci quand même à Virginie pour le conseil).

La famille Fontbonne me ramènera pour récupérer ma voiture au décollage de Saint-André. Encore un grand merci!!!

Il ne manque plus que la transition entre le Taillefer et Chamrousse (impossible lors de notre tentative quelques jours plus tôt) pour envisager la connexion Alpes du Sud et Nord.

En attendant, je garderai toujours en mémoire ma première distance à 3 chiffres avec ce merveilleux voyage des reliefs du Verdon jusque dans le massif des Ecrins.

Toutes les photos!

C'est ICI!