Alsace (2021): petit cross glacial à Reinhardsmunster

Un long mois où les créneaux se résument à des ploufs améliorés au Treh et une belle découverte (chaumes de Balveurche) dans des ambiances bien hivernales ou humides.

Les nuages bas ont souvent le dessus. Alors, quand un soleil radieux est annoncé en ce jeudi, il ne faut pas hésiter. J'arrive à décaler un rendez-vous au lendemain et je me joins donc à la proposition de Chris de revenir à Reinhardsmunster, le retour d'Est étant bien trop fort sur les hauteurs vosgiennes. 
Thib a lui aussi senti le coup et a réussi à se libérer. 

Le vent d'Est (plus propice à la visite des châteaux de Saverne) devrait être insuffisant le matin au niveau du décollage mais forcissant rendant les couches supérieures moins agréables plus tard dans l'après-midi.

Seul bémol: l'alerte grand froid sur le Nord Est avec ses températures ressenties à -15°C, mais l'occasion parfaite pour tester le matériel haute montagne.

Côté vestimentaire: icebreak merinos de la tête au pied et multi-couches (jusqu'à six :O), mes fidèles gants chauffants et des sous-gants tactiles. Seuls ces derniers n'auront pas suffi... 



En passant le col de la Schlucht, le thermomètre est calé à -13°C. La route jusqu'à Colmar est bien dégagée. La zone où nous avons rendez-vous l'est moins.


C'est Chris le chauffeur aujourd'hui. Nous arriverons donc dans le bon timing, la route montant au parking du décollage étant enneigée (et non verglacée).


Deux voiles se battent pour tenir dans une aérologie encore pas installée.


Nous nous préparons tranquillement laissant quelques locaux s'élancer au-dessus de la neige.
Pour ne pas changer de mes habitudes, je ferme la marche derrière Thib et Chris.

On se retrouve rapidement dans une grappe devant le déco, le vent ne suffisant pas à nous tenir en l'air.

L'activité thermique encore cyclique a déjà été fatale à certains. La tendance SE est marquée et il vaut mieux bien se placer et rester haut.

Thib ira nous prouver que sa réputation de Thermal Monkey est toujours d'actualité... Il ira sonder les bassses couches pendant un bon moment. Je partirai vers Saverne dans le sillon d'une Soar (Air Design).


Le vent n'est pas suffisant dans les basses couches, il faut donc rester au-dessus de la crête et enrouler du thermique pour ne pas se retrouver trop bas. Le pilote qui m'a devancé en paye les frais, il pose à Haegen.

J'aperçois Chris derrière le verrou du Schaeferplatz, je temporise à la tour du Brotch. On continue ensuite vers le château du Haut Barr, avec un allemand en SWING qui ne traine pas. 

Je pousse plus loin vers Saverne. Chris s'est rallié au teuton... Je n'arriverai pas à les rattraper.

Au retour, c'est au-dessus de la Cuve de Pierre que retrouve Thib qui s'est sorti de jolis points bas, sortant enfin la tête de l'eau... Les conditions semblent maintenant se renforcer, le retour à Reinhardsmunster est plus aisé, les déclenchements thermiques devenant franchement plus puissants.

Le Sud-Est toujours présent rend plus intense la descente au sud malgré une belle laisse de chien pour éviter le venturi entre le Spillberg et le Reutenburgerkopf.

J'arrive à mi-hauteur face au grille-pain qui scarifie le relief. Je m'applique dans une danse des huit pour reprendre de l'altitude et, alors que je survole les lignes, Chris et son allemand sont sur le retour du col de Valberg. 

Il n'a pas l'air d'avancer bien vite et cherche à remonter en plaine pour garder de la marge par rapport à la forêt bien plus présente ici.

Je me trouve trop bas... je fais demi-tour et je rebondis vers le déco de Reinhardsmunster en le voyant descendre pour poser à l'atterrissage officiel. La radio grésille... Thib est de retour de Saverne.
Je ne comprends pas bien ce qu'il veut faire... une deuxième tentative vers Saverne, pourquoi pas.

Je m'engage déjà vers le Nord, mais dans mon rétroviseur je le vois qui semble chercher à reprendre du gaz devant le déco.


Demi-tour! On n'est pas à un mouvement d'essuie-glace près ;-)

En le rejoignant, la main de dieu me catapulte très haut au plafond qui est monté d'un cran à 860m d'altitude, me rappelant le froid de l'altitude, un de mes gants ayant rendu l'âme. 

Quelle souffrance! Je me demande encore comment Chris a pu tenir avec ses deux gants chauffants en panne dès le début.

Ce gros gain, m'invite à repartir au sud... cette fois la transition est une formalité. Je me laisse glisser vers le col de Valberg en acceptant le yoyo créé par des thermiques beaucoup plus printaniers. Le vent est maintenant beaucoup plus présent... ça défile à 68km/h.

Je m'arrête près de l'antenne de communication pour un retour qui va demander de jouer du barreau. Il faut accepter de perdre de l'altitude pour avancer plus vite. De beaux effets bagnards dégradent encore un peu plus la finesse.

La tension n'est que de courte durée... le froid se faisant moins piquant plus bas. Je rejoins enfin le grille-pain. Chris est remonté à pied récupérer sa voiture. Au tour de Thib de partir maintenant au Sud... 

Un dernier petit challenge Saverne?
Mon gant ne veut toujours pas redémarrer... Alors que je suis de nouveau au nord de Reinhardsmunster, j'entends Thib à la radio qui annonce son intention d'aller poser. 

Il n'est pas si tard mais la tendance Nord est un peu plus marquée et je commence à avoir froid.

2h30 de vol, même dans ces conditions extrêmes, c'est bien! 

Si on veut s'arrêter boire un café sur le retour, il vaut mieux aller poser. Je retrouve mes deux compères sur le plancher des vaches qui ont tous les deux un large sourire! Quelle journée !!!

Perfect timing, après une petite pause sucrée, retour à la maison avant le couvre-feu. 

Encore merci Chris pour la navette depuis Colmar.



Toutes les photos