Vosges (2019): col du Bonhomme, Remiremont, Belacker, un classique Vosgien!

Objectif du jour


Grand jour aujourd'hui, c'est le retour d'Hervé... après quelques mois loin des nuages!
Il revient de loin et je suis content qu'il soit là aujourd'hui. Nous avons un objectif commun... se faire plaisir et poser à la voiture. 

Les potes alsaciens au rendez-vous

Nous retrouvons Chris au wagga déjà envahi par une horde de compétiteurs pour la compétition sport organisée par le CAF Moselle. Nous ne nous attardons pas trop et montons vite au Treh qui est déjà bondé.

Pour Chris aussi c'est un peu la reprise même si la veille il a aéré sa voile après trois bonnes semaines sans voler.

Nous montons au déco Sud pour nous éviter la foule mais c'est travers Ouest. Nous laissons Chris qui a commencé à déballer là et privilégions avec Hervé la bonne orientation de vent. Cela me permet de me caler en radio avec les copains alsaciens Thibault et Thomas avec qui on avait volé le 1er mai de Surcenord. La radio de Chris restera silencieuse tout le long du vol... dommage.

Hervé m'annonce qu'il compte rester dans le grand bocal. Je lui souhaite bon vol et je me jette derrière Thibault et Thomas dans la vallée de la mort à 12h30. J'aperçois aussi Yoyo mais il fait l'erreur de rester côté Ouest, il ne fera pas partie du voyage cette fois. 

Départ versant Est

Je m'applique pour m'extraire rapidement et je ne tarde pas à rejoindre Chris... 

C'est allumé vers le Schnepfenried... feu! 

La Peak 4 prend de l'avance, mais l'Alpina sort une meilleure ligne... j'arrive plus haut et je rebondis prudemment vers le Gaschney. 

Thibault (Rise 3) est derrière en embuscade, Chris a rejoint le Hohneck... et Thomas (Ikuma) dans la foulée, je ne sais où...

En arrivant au Lac Vert, la zone commence à passer à l'ombre... et je ralentis à tort. Thibault me passe sous les pieds et se jette dans la plaine à droite du Lac Blanc vers Surcenord. 

Il s'y refera et rebondira vers le Haycot bien ensoleillé.

Galère de Surcenord!

Je me retrouve avec quelques pilotes à zoner près du Lac Blanc, puis je vais carrément me mettre dans la dégueulante... sauve qui peut! Je vois Chris faire demi-tour toujours aussi silencieux à la radio!

Cette fois je fonce au soleil en direction de Surcenord où je vois une voile au-dessus du déco (l'ami Boyo et sa Cayenne 5) qui m'accueille dans sa galère et une voile moins allongée qui sort de la trouée. 

J'arrive dans un hors cycle impérial en slalomant la cime des arbres du déco pour me retrouver 100 mètres dessous! 

Il fait chaud très chaud. Je m'accroche à toutes les feuilles... je me crois sauvé avec le thermique le plus à gauche mais il est couché et me dérive bien trop derrière!

Je le lâche pour me retrouver plus bas encore, à compter les tuiles des maisons. Je suis dessous la ligne de crête de l'atterrissage officiel. Je transpire à grosse goutte dans mon casque et je n'ose quitter les commandes pour ouvrir ma veste! 

Et soudain, après quelques virages où je me dis que je vais devoir glisser dans la vallée pour poser, la soufflerie thermique se remet en marche! Hourrraaaa!!!

Je me reconcentre et finis par rejoindre Boyo au-dessus du déco. 

Nous nous aiderons pour refaire le plaf... à 1950.

Une mauvaise décision, beaucoup d'énergie pour ne pas pourrir en Alsace et une heure dans la vue!

Retour par Gérardmer avec les copains alsaciens

15h... j'ai de nouveau Thibault et Thomas en radio qui sont en face au Haycot (ils auront aussi eu leur moment de solitude mais plus loin). Tant pis, je tourne le dos au nancéen et file rejoindre les alsaciens ;-) Si je n'ai pas posé à Surcenord c'est que je dois pouvoir aller plus loin et rentrer!

On refait le plein à 2000 au Grand Brézouard à trois. Thibault mène la danse et choisit une ligne porteuse pile au milieu au Bonhomme, l'Ikuma sombre et l'Alpina marque la différence sur les transitions. 

Les plafonds s'élèvent sur la crête qui descend au sud. On survole le Valtin haut perchés et Thibault n'enroulera rien en se jettant sur la tête des Porcs où il ressortira pour se laisser digérer par le cum bienveillant. 

Comme un sorcier de Baldur's gate, ma jauge d'énergie mentale refait le plein.

Chris est pendant ce temps déjà de retour de Chêvre Roche, vers Rochesson...

La radio de Thibault s'énerve en crépitant. Il devient impossible de comprendre un mot de ce qu'il prononce. Je coupe la mienne. Il disparait au-dessus de Gérardmer et je le vois partir à l'Ouest vers Vagney. Je rejoins Thomas au-dessus du lac. Il semble à la peine. 

L'Alpina fait le job et me propulse à 2650 dans les barebulles! Je fonce sur le dernier cum qui clignote sur le plateau!





Retour par la vallée de Rupt

Objectif premier.... RENTRER à la VOITURE! Mais dans le bleu, c'est encore mieux... enfin ;-/! 

Je laisse donc la ligne de cum à ma gauche et je me lance sur les faces Ouest de Thiéfosse où 5 / 6 rapaces me rendront un fier service.

Puis je glisse au Thillot sans trouver un pet de mouche... 

Je me jette sur la face Ouest au-dessus de Saint-Maurice car si ça doit monter... c'est là, bas à 1100m???! Tout doucement... 

Je m'applique dans du très petit, je ressors enfin après vingt minutes à faire des ronds à une altitude plus fraiche à 1800m.


Le 100 à Belacker

En retrouvant un vario plus confortable au-dessus de Rouge Gazon, mon GPS me dit aussi qu'il ne faut plus aller très loin pour aller chercher le triangle FAI de 100 kilomètres... Je glisse tranquillement vers l'auberge du Belacker dans ces lumières ocres de fin de journée. 

Quelques hirondelles autour... plus de parapentes même au Treh. Mes instruments m'indiquent 102... je pourrais aller chercher le 110 mais je suis rinçé. Entre temps, Hervé m'a appelé pour me dire qu'il avait redescendu ma voiture au Wagga.

Encore pas mal d'enseignement sur ce vol et plein de choses à corriger. 

L'objectif est rempli... je rentre à la voiture et en plus je finis la saison avec un 100 bornes, certes classique, mais dans les Vosges, ça compte.

Demain est un autre jour! Il est tard et la bière coule à flot... 




Toutes les photos




Parlons traces & Cartes