Espagne (2011): Tenerife, le retour...

Nous avions bien débuté l'année 2010 au soleil, mais en laissant quelques projets derrière nous autour du Teide.
En début d'année 2011, nous rempilons donc à Ténérife... avec un ciel encore plus bleu et un mercure encore plus haut.

Après une visite rapide sur les hauteurs glacées du volcan (les gardiens interdisant l'accès au sommet), nous décidons redescendre dans la caldeira et nous optons pour l'arête ouest des placas de Guillermo.
Cent mètres faciles, histoire de calibrer les coinceurs et de se remettre dans l'ambiance du terrain d'aventure.
Le topo dégoté dans un Desnivel antique indique quelques relais un peu en dessous du sommet, qui se résumeront à une plaquette.
La partie haute est un amas de rochers qui ne demandent qu'à s'effondrer. Nous sortons finalement par le haut et redescendons sur le versant nord-est.

Deuxième jour: Le lendemain, nous décidons de laisser reposer les chaussons. Direction Los Gigantes à l'ouest de l'île. Le village balnéaire et son port n'ont rien d'exceptionnel. La jetée est même fermée, interdisant la vue sur la mer et les impressionnantes falaises qui tombent dans les écumes des vagues.

Nous décidons de remonter sur Santiago del Teide et de laisser la route qui mène à Masca pour le petit sentier de Guergues. Magnifique! Il longe les gorges offrant un panorama où nous nous attardons... trop d'ailleurs pour atteindre la crête finale qui surplombe Los Gigantes et Las Americas. Nous rebroussons chemin près de notre objectif et rejoignons la voiture dans la pénombre.

Troisième jour: le centre est volcan, les barancos (petits canyons asséchés) se déversent sur les flancs sud, à l'ouest, de gigantesques gorges rejoignent la mer et, au nord-est, de petits pics pointent par-ci, par-là. C'est là que nous décidons de tenter l'aventure.

Au-dessus de Taganana se dressent deux massifs rocheux, Los Roques de las Animas et Los Roques de Enmedio, ainsi qu'un petit pic, Amogoje. Le premier propose quelques lignes de 250 mètres au bord de la mer, l'autre qui se site au milieu offre 3 lignes de moindre amplitude (125 mètres).

Nous quittons le parking dans la boucle de l'Amogoje et plongeons sur la gauche dans les garrigues d'euphorbia et de cactus. Le promontoire Enmedio cache encore sa face. Notre intuition nous y emmène en suivant une sente escarpée qui contourne par la droite.
Son exposition nord est déjà dans l'ombre et, à notre grand désespoir, nous comprenons ce que veut dire "zarzas": le bas est encombré de ronces et épineux.
Faute de tronçonneuse et de machette, nous décidons de poursuivre un peu plus bas et de remonter la face sud de Las Animas afin de repérer ce que nous pourrions y faire un jour.

La paroi paraît plus raide. Les pitons chantent et même le perfo rugit. Une cordée se trace un chemin de retour. Puis surgit un Patagonien qui nous raconte avec beaucoup d'humour ses aventures sur l'ìle. Les 250 mètres qu'il a englouti en 1h30 avec son compañero ne semblent qu'avoir aiguisé son appétit de verticalité. Nous les laissons à leur rappel hasardeux et reprenons lentement la sente de retour en laissant amèrement le rocher du milieu.

Nous décidons de faire un détour par Cuesta, un petit site urbain d'escalade sportive qui surplombe Santa Cruz de Tenerife.
Accès sale aux aspects de décharge, le site de Tabares doit satisfaire les locaux de par sa proximité. Nous laissons ce canyon qui commence de toute façon à s'enfoncer dans le royaume des ombres.

Toutes les photos ici:

Teide / Placas de Guillermo

Mascas (Guergues)

Taganana & Tabares